l’arrestation de Félix Bingui, épilogue d’une guerre des clans à Marseille


Un graffiti sur un mur de la cité La Paternelle à Marseille, le 31 mars 2023.

L’arrestation à Casablanca (Maroc), vendredi 8 mars, de Félix Bingui, alias « Le chat » ou « Féfé », signe symboliquement l’épilogue d’une guerre meurtrière entre deux clans criminels marseillais, Yoda – dont il est considéré comme le patron – et son adversaire, la DZ Mafia. Ce conflit sanglant pour les territoires de la drogue, qui a définitivement tourné à l’avantage de la DZ, serait responsable des trois quarts de la cinquantaine de « narchomicides » commis en 2023 dans la cité phocéenne.

Selon les enquêteurs, Félix Bingui est le vingtième narcotrafiquant marseillais « du haut du spectre » à être interpellé depuis février 2021. A cette époque, la police judiciaire marseillaise avait fait le choix de rechercher activement les grands acteurs du trafic et commanditaires des assassinats agissant depuis l’étranger.

Comme le souligne le procureur de la République de Marseille, Nicolas Bessone, cette interpellation – dont s’est aussi félicité le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin – est le fruit de plusieurs mois de coopération avec les autorités marocaines. Depuis la fin de l’été 2023, les policiers français ont multiplié les notes informant leurs homologues des lieux où Félix Bingui pouvait avoir des habitudes, établissements de nuit et bars à chicha de la région de Casablanca. En novembre, le déplacement du directeur général de la police nationale au Maroc avait sensibilisé les autorités locales à la nécessité d’interpeller les Français recherchés et réfugiés sur leur territoire.

Perte d’influence

L’interpellation de Félix Bingui intervient à un moment où cet homme de 33 ans avait, semble-t-il, perdu son influence. Condamné en septembre 2017 à trois ans de prison, il avait, à sa sortie, repris en main ses affaires et notamment le très juteux point de deal de La Fontaine à l’entrée de la cité La Paternelle, vite érigé comme l’un des grands enjeux de la guerre entre la DZ Mafia et Yoda.

En juin 2023, l’Office antistupéfiants démantelait ce réseau au terme de deux ans d’enquête, interpellant notamment le numéro trois de la hiérarchie, surnommé « Pirate », l’un des principaux lieutenants de Félix Bingui. C’est dans le cadre de cette information judiciaire qu’un juge d’instruction marseillais a lancé un mandat d’arrêt contre lui pour « importation de stupéfiants en bande organisée », « association de malfaiteurs », « blanchiment » et « non-justification de ressources » ayant donné lieu à une notice rouge d’Interpol.

A l’automne 2023, des divergences et une rupture avec un autre de ses bras droits auraient continué à affaiblir les positions de Félix Bingui, dit-on au palais de justice. Mais c’est l’assassinat, le 3 mai 2023, à Salou en Espagne, de son beau-frère, présenté comme un opérationnel de Yoda, chargé de l’approvisionnement et de la récupération d’argent, qui aurait porté le coup le plus rude au clan. Un autre homme, présenté comme un gérant du point de vente de La Fontaine à La Paternelle, était également tué dans ce règlement de comptes, dont les auteurs présumés ont été récemment arrêtés à Marseille.

Il vous reste 36.63% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Comment