Xavier Dupont de Ligonnès : sa sœur défend la thèse d’une « mise en scène » dans un livre


Le 21 avril 2011, cinq corps sont retrouvés enroulés dans des draps et recouverts de chaux sous la terrasse d’un pavillon, situé à Nantes. Il s’agit d’Agnès, 48 ans, et ses quatre enfants : Benoît, Anne, Thomas, Arthur, âgé de 13 à 21 ans. La famille Dupont de Ligonnès n’avait plus donné de signes de vie depuis plusieurs jours lorsque le parquet a ouvert une enquête pour disparition inquiétante.


Chacun a reçu au moins deux balles tirées en pleine tête dans la nuit du 3 au 4 avril, et Thomas probablement le 5 avril 2011. Les autopsies révéleront qu’ils ont été victimes d’une « exécution méthodique », selon les mots du procureur de la République de Nantes à l’époque, Xavier Ronsin. Xavier Dupont de Ligonnès, le père, devient immédiatement le principal suspect.

Treize ans de questions

Il a été vu pour la dernière fois le 15 avril 2011, s’éloignant du Formule 1 de Roquebrune-sur-Argens (Var) à pied avec un sac sur le dos. Depuis, plus rien. S’est-il suicidé ? A-t-il entamé une cavale depuis tout ce temps ? Ces questions restent sans réponses depuis treize ans et ont déclenché une fascination pour l’affaire.

La petite soeur de « XDDL », Christine Dupont de Ligonnès et son mari Bertram de Verdun, étaient ce samedi 9 mars sur le plateau de l’émission de France 2 « Quelle époque ! », à l’occasion de la sortie de leur livre « Xavier : mon frère présumé innocent » pour défendre leur thèse, celle d’une « mise en scène » avec la complicité de la police « d’une exfiltration de Xavier Dupont de Ligonnès » car « il faisait du renseignement aux USA ». Dans un courrier envoyé à plusieurs proches dont sa sœur, en avril 2011, « XDDL » affirmait travailler pour les renseignements et avoir été exfiltré aux États-Unis.

« Une mise en scène »

Pour le couple, « XDDL » a joué un « rôle de suspect » dans une « mise en scène » visant à faire disparaître la famille pour leur sécurité. D’ailleurs, ils pensent même que les cinq corps retrouvés et pourtant authentifiés ne sont pas ceux de l’épouse et des enfants.

« Petit à petit, je me dis, certainement c’est une mise en scène. Parce que moi, je n’y connais rien aux pratiques d’exfiltration etc. Finalement, puisque je crois à mon frère, je l’ai eu au téléphone tout récemment (à l’époque de sa disparition), il n’avait pas du tout la voix d’un assassin. Je connais quand même son fonctionnement », déclare sa petite sœur ajoutant qu’il y « a tout un raisonnement et d’autres éléments que je ne peux pas donner ici parce qu’il faut vraiment se reporter au livre pour avoir la thèse dans son ensemble ».

« Je pense qu’il est vivant »

Et concernant les éléments à charge (l’achat d’une boîte de munitions, d’un silencieux, de sacs de ciment, de gravats et de chaux vive les jours précédents), sa sœur répond : « Ce qui est très intrigant, c’est que s’il a tué toute sa famille, pourquoi il fait ces achats avec sa carte bancaire. C’est quand même pas très malin. » Pour « étayer » la thèse de la mise en scène, son époux ajoute « C’est le fait qu’il ait acheté de la chaux vive qui a envoyé les policiers sonder sous la terrasse. ».

Interrogée sur les enfants qu’on ne voit pas sur la dernière vidéo dans laquelle apparaît son frère, elle répond : « Ils ont pu partir indépendamment puisqu’ils disparaissent des radars dans la fameuse semaine. »

Christine Dupont de Ligonnès, qui a été au cœur d’une enquête pour des soupçons de dérives sectaires, pense que son frère est « vivant » et défend toujours son innocence même si elle comprend « qu’on puisse trouver ça totalement farfelu ». « Il y aura toujours des zones d’ombre jusqu’à ce que Xavier nous dise ce qu’il s’est passé », dit-elle sans vraiment y croire : « C’est très improbable. »



Source link

Leave a Comment