Le rappeur Freeze Corleone fait une référence à l’attentat de Nice, une enquête ouverte


Le rappeur Freeze Corleone est au cœur d’une polémique.
Youtube

Habitué aux dérapages dans ses titres, le rappeur fait une référence implicite à l’attentat terroriste de 2016. Le parquet de Nice a ouvert une enquête préliminaire pour apologie du terrorisme.

Freeze Corleone est de nouveau au centre d’une controverse. Accusé en 2020 d’antisémitisme dans certains de ses textes issus de son album La menace fantôme (LMF), le rappeur s’est attiré les foudres des politiques niçois et d’une association de victime, en raison de son titre intitulé «Haaland» sorti ce jeudi 8 février.

«En défense j’suis Kalidou, t’es Lenglet. Burberry comme un grand-père anglais. J’arrive dans l’rap comme un camion qui bombarde à fond sur la…», lance-t-il dans le deuxième couplet du morceau. Si la phrase n’est pas terminée, il est aisé de comprendre l’insinuation grâce aux deux phrases précédentes, qui riment avec «Promenades des Anglais».

https://www.youtube.com/watch?v=5F-Eq-XbsxA

Une association de victimes de l’attentat du 14 juillet «Life For Nice» a porté plainte auprès du procureur de la République de Nice ce samedi matin contre le rappeur français pour apologie du terrorisme, comme nous l’a indiqué Jean-Claude Hubler, trésorier fondateur de l’association, confirmant une information de France Bleu Azur. «On a déposé plainte pour faire respecter l’image des victimes, nous a-t-il indiqué. Il n’a pas à faire son buzz sur leur mémoire.»

Le parquet de Nice a ouvert une enquête préliminaire pour apologie du terrorisme. «Il s’agit d’une enquête prise d’initiative», a précisé le procureur de Nice, Damien Martinelli, alors que plusieurs élus locaux avaient fait part de leur indignation sur les réseaux sociaux.

Éric Ciotti, président des Républicains, a dénoncé vendredi soir sur X une «insinuation immonde». «Une nouvelle étape vers l’infâme a été franchie par le rappeur Freeze Corleone. (…) 86 anges ont été fauchés par un barbare islamiste. Ce rappeur doit être poursuivi pour apologie du terrorisme!», a lancé le député des Alpes-Maritimes.

Plus tôt dans la journée, c’est le maire de Nice, Christian Estrosi qui espère voir «le morceau interdit par la justice», et annonce sur l’application Threads son intention de porter plainte «au nom du respect des victimes et de leurs familles». « C’est infâme. Encore une provocation ignoble d’un rappeur qui utilise le drame du 14 juillet à Nice pour faire le buzz en instrumentalisant un attentat islamiste qui a fait 86 victimes dans notre ville », a également ajouté l’édile.

Le préfet des Alpes-Maritimes Hugues Moutouh a indiqué samedi en fin de matinée sur son compte X qu’un «signalement a été transmis au procureur de la République». Il «dénonce le caractère ignoble de cette référence à l’attentat tragique de Nice».


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>



Source link

Leave a Comment