Gaza: Israël intensifie ses frappes à Rafah où Washington redoute un ‘désastre’ | TV5MONDE


L’armée israélienne a intensifié jeudi ses frappes sur Rafah, Washington avertissant Israël du risque d’un “désastre” dans cette ville de la bande de Gaza, où s’entassent plus d’un million de Palestiniens ayant fui les combats.

“Nous n’avons encore vu aucune preuve d’une planification sérieuse d’une telle opération (ndlr, à Rafah) et mener une telle opération maintenant sans planification et sans réflexion dans une zone où un million de personnes sont abritées serait un désastre”, a déclaré à la presse le porte-parole adjoint du département d’Etat, Vedant Patel.

Auparavant, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, qui a conclu jeudi une tournée régionale visant à encourager les efforts pour obtenir un arrêt des combats, a exhorté son allié israélien à “protéger” les civils dans ses opérations militaires à Gaza, déclenchées en représailles à l’attaque sans précédent du Hamas sur le sol israélien le 7 octobre.

Mais le Premier ministre Benjamin Netanyahu a ordonné de préparer une offensive sur Rafah, à la frontière fermée avec l’Egypte, où s’entassent 1,3 million de Palestiniens dont la grande majorité sont des personnes déplacées par les affrontements des derniers mois.

M. Blinken a quitté Israël après avoir plaidé pour un accord de trêve permettant l’acheminement de davantage d’aide dans la bande de Gaza assiégée, où la situation humanitaire est “cauchemardesque” selon l’ONU, et pour la libération des otages israéliens retenus dans le territoire palestinien.

“Crime de guerre”

Sur le terrain, des témoins et des sources hospitalières ont fait état de frappes mortelles nocturnes dans le sud du territoire, notamment à Rafah, le ministère de la Santé du Hamas dénombrant 130 morts au cours des dernières 24 heures.

Selon un journaliste de l’AFP, l’armée israélienne a mené sept frappes aériennes à Rafah. La maison d’un chef de la police locale a notamment été touchée d’après le ministère de la Santé du Hamas.

“Ces bombardements sont la preuve que Rafah n’est pas un lieu sûr”, lance Oum Hassan, 48 ans, dont la maison a été endommagée par la frappe.

Le chef des droits humains de l’ONU, Volker Türk, a averti que les destructions par l’armée israélienne de bâtiments dans la zone frontalière avec Israël à Gaza, dans le but de mettre en place une “zone tampon”, constituaient un “crime de guerre”.

“En ce qui concerne Rafah (…) Israël a (…) l’obligation de faire tout ce qui est possible pour s’assurer que les civils soient protégés et qu’ils aient accès à l’aide dont ils ont besoin”, avait affirmé mercredi M. Blinken après avoir rencontré M. Netanyahu.

“Terroristes” tués

La guerre a été déclenchée le 7 octobre quand des commandos du Hamas infiltrés depuis la bande de Gaza, où le mouvement a pris le pouvoir en 2007, ont mené dans le sud d’Israël une attaque qui a entraîné la mort de plus de 1.160 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l’AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

Environ 250 personnes ont également été enlevées et emmenées à Gaza. Selon Israël, 132 otages sont toujours détenus sur place, dont 29 seraient morts.

En représailles, Israël, qui considère le Hamas comme une organisation terroriste, tout comme les Etats-Unis et l’Union européenne, a juré de “détruire” ce groupe et a lancé une offensive qui a fait au moins 27.840 morts dans le territoire palestinien, en grande majorité des femmes, enfants et adolescents, selon le dernier bilan du ministère de la Santé du Hamas.

Sur le front, l’armée israélienne a indiqué jeudi qu’elle menait des opérations dans le nord et le sud de la bande de Gaza.

Pour sa cinquième tournée régionale depuis le début de la guerre, M. Blinken a soutenu une proposition de trêve élaborée par des responsables américains, qataris et égyptiens fin janvier à Paris, à laquelle le Hamas a répondu.

S’il a estimé que des éléments de la réponse du Hamas étaient “inacceptables”, il a dit néanmoins espérer une seconde trêve après celle d’une semaine en novembre qui avait notamment favorisé la libération d’otages à Gaza et de prisonniers palestiniens détenus en Israël.

Discussions au Caire

Au Caire, un “nouveau cycle de négociations”, parrainé par l’Egypte et le Qatar avec la participation du Hamas, a débuté jeudi pour obtenir “le calme dans la bande de Gaza” ainsi qu’un échange de prisonniers palestiniens et d’otages, selon un responsable égyptien.

“Nous nous attendons à des négociations très (…) difficiles, mais le Hamas est ouvert aux discussions et désireux d’arriver à un cessez-le-feu”, a expliqué un responsable proche du Hamas.

Pour sa part, le président américain Joe Biden recevra le 12 février à la Maison Blanche le roi Abdallah II de Jordanie, pour évoquer “la situation à Gaza” et discuter de “l’idée d’une paix durable passant par une solution à deux Etats garantissant la sécurité d’Israël”.

La guerre exacerbe les tensions au Moyen-Orient entre d’un côté Israël et ses alliés, dont Washington, et de l’autre le Hamas et ses soutiens.

L’armée israélienne a fait état jeudi de tirs provenant du Liban sur le nord d’Israël, blessant grièvement un soldat. Depuis le 7 octobre, le mouvement libanais Hezbollah, allié du Hamas, revendique régulièrement des tirs vers Israël qui riposte.

Selon une source de sécurité libanaise, un responsable militaire du Hezbollah pro-iranien a été gravement blessé lors d’une frappe israélienne qui a visé jeudi sa voiture dans le sud du Liban. Israël a ultérieurement confirmé cette frappe.



Source link

Leave a Comment