Fadila Khattabi récupère un ministère plus élargi


Il y a une dizaine de jours, elle nous disait être « dans les starting-blocks  » pour se remettre au travail. Mais Fadila Khattabi n’imaginait pas que l’attente serait si longue… Quasiment un mois après la démission du gouvernement Borne, la Côte-d’Orienne a été confirmée à son poste de ministre déléguée chargée des Personnes handicapées lors de la deuxième vague de nominations annoncée jeudi soir. Elle se voit de plus confier la responsabilité de l’Autonomie, héritant d’un portefeuille plus élargi que le précédent.

La nouvelle est tombée un peu avant 19 h 30 après de longues tergiversations liées notamment au sort d’Amélie Oudéa-Castéra , qui conserve la responsabilité des Sports et des Jeux olympiques, mais perd l’Éducation nationale au profit de l’ancienne Garde des Sceaux, Nicole Belloubet.

Révélée par la réforme des retraites

Rien de tout cela concernant Fadila Khattabi, qui s’est toujours dite « confiante » et « sereine » sur son avenir au sein du gouvernement. Nommée ministre en charge des Personnes handicapées en juillet 2023, elle profite même de la volonté du président de la République et du nouveau Premier ministre de composer avec une équipe « resserrée » pour voir ses responsabilités étendues, désormais sous la tutelle de Catherine Vautrin, à la tête d’un grand ministère du Travail, de la Santé et des Solidarités.

Fadila Khattabi est la première Côte-d’Orienne ministre. C’est dans ce département qu’elle s’est construite politiquement. Au sein du Parti socialiste, avec un mentor nommé François Patriat. En 2015, elle quitte le PS et le suit chez la République en Marche.

Moins de deux ans plus tard, en juin 2017, Fadila Khattabi devient députée de la troisième circonscription. Elle tape ensuite dans l’œil des observateurs en tant que présidente de la commission des affaires sociales lors de l’examen de la réforme des retraites début 2023 et devient alors ‘ministrable’’.



Source link

Leave a Comment