Les raisons qui ont permis à Kylian Mbappé d’échapper à une grave blessure après son choc violent à la cheville gauche


Le Parc des Princes a retenu son souffle pendant quelques minutes à la suite du tacle violent du défenseur brestois Lilian Brassier sur Kylian Mbappé, peu après l’heure de jeu, lors des huitièmes de finale de la Coupe de France, mercredi (3-1). Les images de la cheville gauche de l’attaquant parisien, qui a tourné violemment, ont impressionné le grand public et suscité surtout beaucoup d’inquiétudes. Pourtant, le joueur de 25 ans, qui n’a d’ailleurs pas participé à l’entraînement ce jeudi matin, a pu se relever et finir le match, ce qui était loin d’être une évidence au vu des images du choc.

« Kylian était en chute donc il a accompagné le mouvement tandis que Brassier n’a pas appuyé de tout son poids puisqu’il a déchargé son appui vers la fin du mouvement », avance François Maubert, kinésithérapeute du sport et qui a un temps accompagné Cyril Gane.

La souplesse, un facteur important

Selon le docteur Ronny Lopes, il est difficile de tirer des conclusions uniquement avec les images « On ne peut pas dire grand-chose sur des images qu’on voit à la télé, elles ne sont pas suffisantes pour interpréter et dire ce qu’il se passe », déclare le chirurgien orthopédiste spécialiste de la cheville sportive.

Mais, les footballeurs, comme tous les autres sportifs, peuvent détenir une cheville raide ou souple, plus ou moins fragiles face aux chocs. « Tout dépend de la laxité de la personne, il n’existe pas une seule vérité », explique le Docteur Lopes. Par exemple, les danseuses sont très souples au niveau de cette articulation. Autre facteur important à prendre en compte lors d’un tel choc : « quand Mbappé subit cela, il est très chaud donc il a une certaine souplesse après soixante minutes de match ».

De la kinésithérapie pour éviter une rechute

Après un tel tacle sur la cheville sans conséquence grave, des soins sont, malgré tout, généralement prévus. « Il va y avoir une phase de physiothérapie où on met du froid, de la kinésithérapie, des soins très basiques », ajoute le Dr Lopes. François Maubert le confirme : « Dans ce genre de cas, la kinésithérapie est systématique, c’est en prévention d’une rechute ». En effet, une accumulation de petites lésions pourrait favoriser une instabilité générale de la cheville.

La blessure grave étant évitée, le Paris-Saint-Germain restera, malgré tout, attentif à la cheville de son attaquant phare dans les jours à venir.



Source link

Leave a Comment