Une sextape impliquant un sénateur déstabilise la Chambre haute



Après l’affaire Guerriau, accusé d’avoir drogué une députée à son insu pour abuser d’elle, une nouvelle affaire risque d’éclabousser le palais du Luxembourg. Il est question de sextape et de chantage.

La newsletter politique

Tous les jeudis à 7h30

Recevez en avant-première les informations et analyses politiques de la rédaction du Point.

Merci !
Votre inscription à bien été prise en compte avec l’adresse email :

Pour découvrir toutes nos autres newsletters, rendez-vous ici : MonCompte

En vous inscrivant, vous acceptez les conditions générales d’utilisations et notre politique de confidentialité.

L’affaire, révélée par Le Canard enchaîné dans son édition du mercredi 7 février, aurait commencé en octobre 2023, au moment où un médecin officiant à la Chambre haute se serait plaint de son assistante médicale auprès du service des ressources humaines. Cette employée aurait prétendu être « intouchable » et « protégée par un parlementaire très influent ». Son moyen de pression : une vidéo compromettante qui lui permettrait « de pouvoir faire virer n’importe qui ».

Selon l’hebdomadaire satirique, l’assistante médicale « maître-chanteur » aurait montré la vidéo au médecin pour appuyer ses dires. Une vidéo sans équivoque, tournée par ses soins, dans laquelle on la verrait avec un sénateur, dans son bureau, le pantalon sur les chevilles.

Le médecin sous le coup d’une procédure de licenciement

Informé de l’affaire, Gérard Larcher, le président du Sénat, tenterait de garder cette histoire gênante secrète depuis trois mois. La vidéo lui aurait été transmise par la secrétaire générale du Sénat ayant entendu le médecin lors de sa plainte. Depuis, le professionnel de santé subirait les foudres des hauts dignitaires du palais du Luxembourg.

En poste depuis cinq ans, il serait sous le coup d’une « procédure de licenciement sans préavis et sans indemnité » depuis le début de l’année 2024. Officiellement, il lui aurait été reproché des prestations extérieures rémunérées, mais les hautes instances n’auraient nullement mentionné son statut de témoin dans l’affaire de la sextape.

Le Canard enchaîné précise que le médecin n’aurait pas souhaité s’exprimer sur cette affaire, tout comme son avocat. La présidence du Sénat aurait elle aussi refusé de commenter.

Selon les dires du Canard, l’assistante aurait même été directement imposée au médecin par le sénateur impliqué dans la sextape. L’employée aurait également bénéficié de faveurs grâce à son protecteur : son salaire aurait été augmenté de 45 %.




Source link

Leave a Comment