les Français sous-estiment le nombre de victimes françaises du Hamas



data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

Les 18-24 ans et les sympathisants LFI font partie des sondés les moins bien informés sur l’attaque du mouvement islamiste, selon les résultats d’une étude Harris interactive réalisée pour le Crif, révélés par France Inter.

Le chiffre est éloquent : près d’un Français sur deux pense que l’attaque sanglante du Hamas en Israël le 7 octobre a fait moins de dix victimes françaises ou franco-israéliennes. Elles sont en réalité 42 à avoir perdu la vie. C’est le principal enseignement d’un sondage* Harris interactive réalisé à la demande du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), dont les résultats sont publiés ce mercredi par France Inter, alors qu’un hommage national présidé par Emmanuel Macron est rendu ce midi aux victimes françaises du groupe terroriste.

Le manque de connaissances précises des Français sur cette attaque, dans laquelle 1160 personnes ont été tuées selon un décompte de l’AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes, est patent. Bien qu’une large majorité des sondés (86%) sache que des compatriotes ont été tués par le mouvement islamiste, peu connaissent l’ampleur réelle de ses conséquences.

Les jeunes et les sympathisants LFI parmi les moins bien informés

Les 18-24 ans sont l’une des catégories de la population les moins bien informées sur l’assaut. Tout comme les sympathisants de La France insoumise, ajoute la radio du service public : 25% d’entre eux ne savent pas qu’il y a eu des victimes françaises lors de l’attaque du Hamas. À l’opposé, seuls 3% des sympathisants du Parti socialiste et 7% des 65 ans et plus pensent qu’il n’y a pas eu de Français parmi les victimes.

Cela ne veut pas dire que le 7 octobre 2023 n’a pas marqué les Français. Le sondage révèle que, parmi quatre attentats s’étant produits à l’étranger et ayant touché des Français, le 7 octobre «est le deuxième qui a le plus marqué les mémoires, nettement devant celui de Bruxelles en 2016 ou celui de Londres en 2005». L’attentat du 11 septembre 2001, aux États-Unis, dans lequel quatre Français ont disparu, «reste de loin en première position».

Dernier enseignement : plus de quatre Français sur dix estiment que le gouvernement n’accorde pas assez d’importance à la situation actuelle des otages du Hamas. Trois Français ou Franco-Israéliens sont toujours disparus et présumés otages.

*Ce sondage a été réalisé en ligne du 29 au 30 janvier 2024, auprès d’un échantillon de 1048 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>



Source link

Leave a Comment