Bayrou, Oudéa-Castéra, secrétaires d’État… La suite du remaniement bientôt dévoilée ?



Près d’un mois après la première phase du remaniement, la seconde se fait encore attendre. Les équipes de Gabriel Attal doivent encore nommer les ministres délégués et les secrétaires d’État, qui épauleront les ministres dans leur tâche, et décider du sort d’Amélie Oudéa-Castéra au ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse, des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques. Sont aussi vacants les ministères du Logement et celui des Transports. Au total, une quinzaine de nominations devraient intervenir « plutôt » ce mercredi, « après le conseil des ministres », a confié l’entourage d’Emmanuel Macron à l’Agence France-Presse (AFP).

Qui seront les nouveaux visages du gouvernement ? Si rien n’est encore fixé, les bruits de couloir annoncent un changement à l’Éducation, après les débuts chaotiques d’Amélie Oudéa-Castéra, qui peine à se défaire de la polémique engendrée par ses propos sur l’enseignement public. Depuis sa relaxe, lundi 5 février, François Bayrou semble être devenu une alternative crédible pour remplacer la ministre.

La newsletter politique

Tous les jeudis à 7h30

Recevez en avant-première les informations et analyses politiques de la rédaction du Point.

Merci !
Votre inscription à bien été prise en compte avec l’adresse email :

Pour découvrir toutes nos autres newsletters, rendez-vous ici : MonCompte

En vous inscrivant, vous acceptez les conditions générales d’utilisations et notre politique de confidentialité.

À LIRE AUSSI La suite du remaniement, pour quoi faire ? Reçu par Emmanuel Macron lundi, avant un entretien à Matignon, l’ancien ministre de l’Éducation nationale, et garde des Sceaux éphémère du gouvernement Philippe en 2017, n’« écarte » rien, comme il l’a fait savoir à plusieurs reprises cette semaine. Mais il n’est pas le seul nom à circuler. D’après les indiscrétions de l’Agence France-Presse, une autre personnalité pourrait créer la surprise. Une figure forte pourrait donc émerger : « J’ai tout intérêt à avoir des poids lourds dans l’équipe », avait récemment confié Gabriel Attal dans les colonnes du Monde.

Un « gouvernement resserré »

En pleine réflexion après de premières semaines émaillées de mouvements sociaux et de controverses, les équipes gouvernementales doivent aussi composer avec plusieurs difficultés, comme le respect de la parité, et de l’équilibre des couleurs politiques au sein de l’exécutif. L’aile gauche, quelque peu délaissée par la dernière salve de nominations, pourrait ainsi être regarnie. Sylvain Maillard, chef du groupe Renaissance à l’Assemblée nationale, a affirmé auprès de l’AFP qu’Emmanuel Macron et Gabriel Attal tablent sur un « gouvernement resserré » de 30 membres. Réponse, peut-être, dans quelques heures.




Source link

Leave a Comment