Karine Le Marchand et les agriculteurs, l’amour en dehors du pré


L’incarnation du divertissement le plus regardé de M6 (4,4 millions de téléspectateurs en moyenne en 2023) a distribué 300 croissants.

« Les promotions aujourd’hui dans les supermarchés sont les cimetières de nos frigos de demain », a lancé Karine Le Marchand, juchée sur une bobine de chantier sur l’A4, où l’ont suivie de nombreux médias. Le journal britannique The Telegraph a même consacré un article « au Jeremy Clarkson français », du nom du présentateur de « La ferme de Clarkson ».

« Récupération », « opération de com’», « spectacle »Les critiques ont fusé sur les réseaux sociaux et sur des plateaux dont « Touche pas à mon poste ».

« Elle utilise sa notoriété pour montrer que tout n’est pas tout rose et moi je trouve que c’est bien qu’elle nous représente », juge Maxime Chabrillat, 39 ans, éleveur de vaches salers dans le Puy-de-Dôme.

« Qu’on l’aime ou qu’on l’aime pas », elle a permis « de représenter la voix de l’agriculture dans une émission de divertissement » depuis plus d’une décennie, a lancé Philippe Corbé, directeur de la rédaction de BFMTV, pour justifier devant l’Assemblée nationale la couverture de cet événement.

« Ça fait bien longtemps qu’elle est sur le sujet », insiste auprès de l’AFP Pierre de Saint Pastou, céréalier et producteur d’Armagnac, qui a participé en 2012 à l’émission où des agriculteurs cherchent l’âme sœur.

« À nos côtés »

« Tous les ans, elle vient nous voir au Salon de l’agriculture » où, contrairement aux personnalités politiques, « elle fait l’unanimité même si c’est une citadine », assure cet agriculteur, rappelant qu’elle a produit, fin novembre, sur M6, un documentaire poignant, « Familles de paysans, 100 ans d’histoire », vu par 3,5 millions de téléspectateurs.

« Elle a toujours voulu être à nos côtés pour trouver des solutions », abonde Aurélia Jean (saison 13), qui tient une ferme pédagogique dans les Hautes-Alpes et a déjà été hébergée par l’animatrice.

L’impact de « L’Amour est dans le pré », qui a donné lieu à 27 mariages et 83 naissances, tout en montrant le quotidien de viticulteurs ou producteurs de sapins, lui a déjà valu les honneurs du ministère de l’Agriculture : décorée de l’Ordre du mérite agricole en 2013, l’animatrice de 55 ans a été promue officier en novembre.

L’ancienne présentatrice des « Maternelles » sur France 5, passée par RMC et TV5 Monde, peut désormais conduire un tracteur ou « reconnaître une limousine d’une montbéliarde ». Elle dit avoir « surtout compris le désarroi d’une corporation » dont les « valeurs (la) touchent ».

Des critiques

Cependant, celle qui revendique un humour « en dessous de la ceinture » essuie beaucoup de critiques.

En 2017, l’humoriste Sophia Aram avait fustigé une « téléruralité » capitalisant sur les malheurs, le physique ou l’accent des participants. Elle avait vu du « cynisme, du mépris ou tout simplement de la bêtise » dans l’hommage de l’animatrice à un ancien candidat s’étant donné la mort.

Rien de tel pour l’éleveur de la Nièvre Laurent Auboussu (saison 14), qui a lui-même pensé au suicide. À ses yeux, Karine Le Marchand est une personne « incroyablement gentille » qui s’est avérée d’un grand soutien, dans l’intimité comme sur les réseaux sociaux, en lançant un appel à générosité face à ses difficultés financières.

Les critiques devraient se déplacer dans les prochains mois sur un autre terrain  : Karine Le Marchand animera à nouveau « Une ambition intime », où elle interroge des politiques sur le mode de la confidence.

Elle devrait recevoir Gérald Darmanin, Jordan Bardella, Sandrine Rousseau et le secrétaire national du Parti communiste, Fabien Roussel.





Source link

Leave a Comment