la garde à vue du suspect levée à cause de ses troubles psychiatriques


Sa garde à vue a été levée quelques heures après son interpellation. Samedi 3 févier, un Malien de 32 ans avait agressé à l’arme blanche trois personnes à la gare de Lyon à Paris. L’attaque a eu lieu peu après 7 h 30 : l’assaillant a blessé grièvement un homme en lui portant un coup de couteau à l’abdomen et deux coups de marteau à la tête, selon une source policière.

« Cet individu manifestement souffre de troubles psychiatriques », avait précisé le préfet, et « des médicaments » ont été retrouvés sur lui. L’information s’est confirmée dans la soirée : après une journée en garde à vue et les premières questions posées par les enquêteurs, celle-ci a été « levée suite à l’examen de comportement » du suspect, selon le parquet.

Cet examen a révélé un « état psychiatrique incompatible avec la mesure de contrainte. Il est donc pour le moment pris en charge par l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police », a-t-il été précisé.

Pronostic « vital engagé » pour une des victimes

Selon le ministère public, les trois victimes, hospitalisées à Saint-Antoine et Lariboisière, sont des « passants » qui se seraient « interposés » et ont été « blessés par des coups de couteau et de marteau ». Selon le parquet, l’une d’elles avait encore un pronostic « vital engagé » en début de matinée dimanche. Une autre personne plus légèrement blessée restait hospitalisée. La troisième, blessée à une main, est sortie de l’hôpital.

L’assaillant, de nationalité malienne, était « en situation régulière en Italie depuis 2016, avec un titre émis en 2019 tout à fait valable », selon les documents trouvés en sa possession, a précisé le préfet de police de Paris Laurent Nuñez, qui s’est rendu sur place. Ce titre lui permettait de voyager en France en toute légalité. Il était jusque-là inconnu des services de police français comme italiens, selon une source policière.

« Aucun signe de religiosité »

De premiers éléments convergeaient initialement pour dire que l’homme présentait un « profil SDF », mais « aucun signe de religiosité ». Les enquêteurs s’intéressent notamment à un compte TikTok, qui reste à authentifier, ouvert au nom de l’assaillant et sur lequel figure un homme noir à lunettes, barbu, cheveux ras.

Sur l’une des vidéos, datée du 2 décembre 2023, l’auteur du compte écrit : « R. I. P. (abréviation latine pour “repose en paix”, NDLR) dans trois mois, qu’Allah m’accueille dans son paradis. » Dans d’autres vidéos, il exprime notamment son ressentiment à l’égard de la France, faisant référence à l’intervention militaire française au Mali. Le Parquet national antiterroriste est en observation dans cette affaire. L’enquête pour tentative d’assassinat a été confiée au 2e district de la police judiciaire parisienne.

L’attaque s’est produite à moins de six mois des Jeux olympiques de Paris, où 15 millions de visiteurs sont attendus dans un contexte sécuritaire tendu. Le plan Vigipirate avait été rétrogradé au niveau 2 (« sécurité renforcée – risque attentat ») le 15 janvier.



Source link

Leave a Comment