la ministre de l’Education nationale “ne songe pas à démissionner”


Au lendemain d’une grève qui a mobilisé un enseignant sur cinq, la ministre a redit vouloir tourner la page sur la série de polémiques liée à ses propos controversés sur l’école publique.


Publié



Mis à jour



Temps de lecture : 1 min

La ministre Amélie Oudéa-Castera prend la parole lors d'une séance publique de questions au gouvernement, à l'Assemblée nationale, à Paris, le 31 janvier 2024. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

La ministre Amélie Oudéa-Castéra, prise dans une série de polémiques après des déclarations controversées sur l’école publique, “ne songe pas à démissionner”, a-t-elle affirmé vendredi 2 février sur TF1. Interrogée sur les garanties qui avaient pu lui être données par l’Elysée et Matignon sur son maintien en poste, elle a éludé la question en soulignant que “rien n’est garanti pour personne”.

Au lendemain d’une grève qui a mobilisé un enseignant sur cinq, la ministre a reconnu que ses premiers pas à la tête d’un super ministère rassemblant l’Education nationale, la Jeunesse, les Sports et les Jeux Olympiques ne se sont pas bien déroulés. “Le début n’a pas été bon, évidemment, a-t-elle déclaré. Ce qu’il faut regarder, c’est la manière dont j’ai commencé à avancer depuis trois semaines.”

Amélie Oudéa-Castéra a redit vouloir tourner la page sur la polémique liée à ses propos sur “des paquets d’heures pas sérieusement remplacées” dans le public ou sur la scolarisation de ses enfants au Collège Stanislas, un établissement privé catholique accusé de “dérives”. “Je me suis excusée, je me suis expliquée, maintenant avançons”, a-t-elle imploré.





Source link

Leave a Comment