la démission très politique du recteur de Paris, en désaccord avec Amélie Oudéa-Castéra


Emmanuel Macron et Christophe Kerrero (alors recteur de l’académie de Paris), à l’université de la Sorbonne, à Paris, le 25 août 2022.

La ministre de l’éducation, Amélie Oudéa-Castéra, déjà fragilisée par une succession de polémiques depuis sa prise de fonctions Rue de Grenelle, le 11 janvier, subit un nouveau revers. Le recteur de Paris, Christophe Kerrero, en poste depuis juillet 2020, a annoncé sa démission vendredi 2 février dans une lettre adressée aux personnels de l’académie.

Une décision rare et fracassante pour l’un des plus hauts cadres de l’éducation nationale, dans un contexte de tensions entre l’académie de Paris et son ministère de tutelle, et un symbole politique, à l’heure où la défense de l’école publique est au cœur des débats.

Le recteur avait averti à l’automne 2023 de la fermeture de quatre classes préparatoires et l’ouverture de trois autres à la rentrée 2024, mais un moratoire sur ces fermetures a été annoncé au Conseil supérieur de l’éducation du 31 janvier par Amélie Oudéa-Castéra, sans que Christophe Kerrero en ait été informé. Le sujet était arbitré « en faveur » du recteur il y a plusieurs semaines. « Cela était clos et entendu avec Matignon. Le recteur de Paris a découvert la décision de la ministre via les réseaux sociaux des syndicats », assure-t-on dans son entourage.

L’annonce, le 13 novembre 2023, de la disparition de ces quatre classes préparatoires avait en effet engendré une forte mobilisation parmi les professeurs parisiens, qui faisaient valoir que ces classes respectaient l’exigence de mixité sociale mise en avant par le recteur de Paris, ancien directeur de cabinet de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation de 2017 à 2022. Deux manifestations se sont tenues les 6 et 13 décembre, puis le 15 janvier.

« L’offre dépasse les besoins »

Les disparitions d’une classe économique commerciale et générale, au lycée Jacques-Decour, de la seule hypokhâgne de Lamartine, d’une khâgne à Chaptal et d’une classe de la filière adaptation technicien supérieur à Pierre-Gilles-de-Gennes devaient permettre, « à moyens constants », d’ouvrir d’autres types de classes. Le recteur avait pour ambition d’ouvrir deux prépas destinées à des bacheliers professionnels pour préparer les concours des écoles d’ingénieurs et des écoles de commerce. Le lycée Henri-IV devait quant à lui expérimenter une toute nouvelle filière de classe préparatoire au professorat des écoles.

Dans une déclaration transmise à la presse vendredi, l’entourage d’Amélie Oudéa-Castéra fait savoir que « la ministre prend acte de sa décision et remercie Christophe Kerrero pour son action et son engagement reconnus en faveur de l’éducation nationale », avant d’ajouter, au sujet de la décision sur les classes prépa, qu’« il s’agit d’un moratoire sur les fermetures pour se donner le temps d’analyser. Cela n’a aucun impact sur la mise en œuvre du plan qui sera bien financé ».

Il vous reste 70% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Comment