Jeanne Mas, inoubliable l’interprète de “Toute première fois” et “Johnny, Johnny”, annonce une bien mauvaise nouvelle


La chanteuse, aujourd’hui âgée de 65 ans, s’est confiée à VSD.

15, 16 et 17 février 2024. Après ça, c’est terminé. Dans une interview accordée à VSD, Jeanne Mas annonce que ces trois concerts au Casino de Paris seront les derniers qu’elle donnera dans la capitale. Un bien mauvaise nouvelle pour ses fans. La chanteuse, qui a connu un immense succès dans les années 80 avec des tubes comme “Toute première fois”, “Johnny, Johnny”, “Cœur en stéréo”, ou “En rouge et noir”, explique qu’elle “ne vibre plus”.

Aujourd’hui âgée de 65 ans, l’artiste craint également “de ne plus être à la hauteur”. Elle constate que la vie passe très vite et dit avoir envie de se “consacrer à autre chose”. “C’est courageux”, remarque le journaliste. “Honnête, plutôt”, répond Jeanne Mas. “Je vais pouvoir continuer à faire de la musique, des disques, mais d’une façon encore plus libre qu’aujourd’hui, parce que j’ai vraiment envie d’explorer des nouveaux mondes.”

Jeanne Mas revient également sur ses débuts et sur le succès fulgurant de son 1er album, produit par Romano Musumarra et Daniel Balavoine. Elle s’est sentie piégée, happée par ce tourbillon, exploitée…

C’est lui qui m’a donné tout le courage dont j’avais besoin

Mais à propos de l’interprète de “Tous les cris les S.O.S.”, elle se souvient de quelqu’un de “formidable”. “Quand il est arrivé dans le studio, j’attendais poliment sur la banquette de l’entrée et je vois débouler un ouragan qui s’assoit à côté de moi. J’étais si impressionnée, bouleversée, fascinée que j’ai dû entendre un tiers de ce qu’il me disait. C’est lui qui m’a donné tout le courage dont j’avais besoin.”

Jeanne Mas réside depuis vingt aux Etats-Unis, en Arizona. Dans une interview accordée à Télé-Loisirs l’année dernière, elle expliquait apprécier le sentiment de sécurité qu’elle avait trouvé là-bas : “On ne m’a jamais insulté, je n’ai jamais reçu une seule insulte misogyne de personne, ça n’existe pas. Dieu sait que c’est compliqué d’être une femme en France…” Ce qui ne l’empêche pas de se sentir toujours chez elle quand elle revient à Paris.





Source link

Leave a Comment