Le rappeur MHD libéré et placé sous contrôle judiciaire en attente de son procès en appel pour meurtre


Le rappeur MHD, de son vrai nom Mohamed Sylla, a été libéré et placé sous contrôle judiciaire ce jeudi 1er février, en attendant son procès en appel, confirme ce vendredi à franceinfo la cour d’appel de Paris. La date de ce procès n’a pas encore été fixée. Jointe par franceinfo, la cour d’appel de Paris explique que la chambre de l’instruction a motivé sa décision “au regard du fait que l’intéressé”, sous contrôle judiciaire en amont de son procès en première instance, avait respecté celui-ci et s’était bien présenté à l’audience”.

MHD, qui clame son innocence dans cette affaire, avait été condamné en septembre 2023 à 12 ans de réclusion criminelle pour le meurtre d’un jeune homme en 2018, dans le cadre d’un règlement de comptes entre bandes rivales. Il avait fait appel de la décision. Cinq de ses coaccusés, qui étaient jugés à ses côtés pour ce meurtre, ont également été condamnés à des peines allant de 10 à 18 ans de prison.

Le rappeur nie toujours son implication

Dans la nuit du 5 au 6 juillet 2018, Loïc K., un jeune homme âgé de 23 ans, avait été renversé volontairement par une Mercedes dans le 10e arrondissement de Paris, puis passé à tabac par une dizaine d’hommes et lacéré de coups de couteaux. Il était mort, gisant dans son sang, quelques dizaines de minutes après le départ de ses agresseurs. La voiture avait été retrouvée le lendemain, incendiée, dans un parking.

Au cœur du dossier, un règlement de comptes entre jeunes de la cité des Chaufourniers, surnommée la cité rouge, dont viennent les accusés, et celle, voisine, de la Grange aux Belles, situées dans les 10e et 19e arrondissements. Dans ce dossier, le rappeur, qui malgré son succès continuait de fréquenter la cité des Chaufourniers entre deux tournées, a été mis en cause par plusieurs témoins qui ont affirmé qu’il était sur les lieux du crime, ce qu’il conteste depuis le début.

Les enquêteurs ont établi par ailleurs que la Mercedes incendiée lui appartenait et une des vidéos de la scène, prise depuis un appartement, montrait un homme de type africain aux cheveux teints en blond, vêtu d’un survêtement Puma. Or, à cette époque, MHD avait les cheveux peroxydés et était ambassadeur de la marque de sportswear. Cette affaire a stoppé la carrière de l’artiste, pionnier de l'”afro-trap”, mélange de hip-hop et de musiques africaine, révélé en 2015 grâce à une vidéo postée sur YouTube devenue virale.



Source link

Leave a Comment