VIDÉO – Isabelle Mergault reconnaissante envers Laurent Ruquier : “Avant, personne ne voulait de moi”


Elle a cartonné sur le grand écran mais s’est tout autant illustrée sur les planches. Isabelle Mergault a joué dans une douzaine de pièces et en a écrit six autres au cours des années 2010. Une véritable passion, qu’elle a surtout réussi à faire vivre grâce à Laurent Ruquier, d’après ses propres confidences sur le plateau d’En Aparté sur Canal + ce mardi 30 janvier. Laurent Ruquier, je lui dois tout parce qu’avant personne ne voulait de moi au théâtre. Quand je passais des auditions, je sentais que je faisais rire mais on ne m’employait pas”, a commencé la comédienne âgée de 65 ans. “Laurent m’a dit un jour : “Mais ce n’est quand même pas banal, personne ne te propose rien ! Attends, je t’écris une pièce.” Il l’a fait, et depuis je n’ai pas arrêté.”

En effet, Isabelle Mergault s’est retrouvée tête d’affiche de la pièce La presse est unanime en 2002, mise en scène par Laurent Ruquier et jouée au Théâtre des variétés. En 2005, elle joue de nouveau dans l’une de ses pièces, Si c’était à refaire, avec Pierre Palmade. Auparavant, l’actrice s’était essayée au théâtre qu’en 1981, dans Le Divan, de Remo Folarni, et en 1985, dans Impasse-Privé, de Christian Charmetant et Antoine Duléry. “C’est grâce à lui (Laurent Ruquier, ndlr) parce que sinon je serais encore en train de ramer à faire des auditions. Personne ne voulait de moi, personne ne me prenait“, a répété l’invitée de Nathalie Lévy. Celle qui est chroniqueuse pour les diverses émissions du célèbre présentateur a conclu avec poésie, en expliquant se sentir sur scène “comme dans les bras d’un homme qu’on aime” : “Parce que je suis heureuse. Je suis chez moi, c’est ma place.”

Isabelle Mergault “assagie” grâce à sa fille Maya

Au cours de cette même émission, Isabelle Mergault s’est aussi confiée avec transparence sur sa vie privée. Je vais mieux parce que je suis moins dans mes dérives“, a-t-elle révélé. La star du cinéma a confié se sentir plus “assagie” mais aussi “plus fatiguée” qu’avant, et ce, grâce à sa fille adoptive Maya, d’origine nigérienne et née en 2009. Ma fille aussi a contribué à ça parce qu’elle croit que je suis sage, alors je suis sage, a-t-elle expliqué, avant de conclure : “Elle croit que je cuisine bien, alors j’essaye de cuisiner. Elle croit que je suis forte, alors je suis forte… […] Je suis ce qu’elle croit [que je suis] et à force de faire semblant d’être, eh bien on est.”

Crédits photos : Capture d’écran Canal+



Source link

Leave a Comment