Helena Noguerra et son rôle de Frida Kahlo, “il y a un parallèle que je comprends”


Helena Noguerra a déclaré sous former de boutade, vouloir “niquer le business de Luchini !” “C’était une blague, je n’ai pas du tout cette ambition-là. C’est une manière de dire que j’aimerais bien rendre populaire la lecture.” L’actrice lit les lettres de Frida Kahlo sur scène, lettres aux personnes qui l’entourent, son médecin, ses amours, après un accident qui a failli lui coûter la vie et l’a rendue handicapée.

Pourquoi Frida Kahlo, artiste peintre devenue emblème féministe ? Tout vient d’une commande pour un festival de lecture à Biarritz, Helena Noguerra avait déjà lu les correspondances de la peintre plus jeune, mais n’avait “pas accroché plus que ça“. Un ami lui dit, à sa sortie de scène, toute l’attention qu’il a eue durant la lecture de son amie. Sur scène, la chanteuse a quant à elle ressenti un lien mystique avec la peintre, à lire ses mots “80 ans plus tard, je viens sur scène donner sa parole, ses mots, sa douleur, je me suis sentie investie“.

Frida, l’art pour contrer la solitude

Toute sa vie, ce corps brisé va lui faire tellement mal“, nous rappelle Léa Salamé, elle va commencer à peindre à cause de l’ennui, parce qu’elle se sent seule. À la lecture des mots de Frida Kahlo, “je me peins parce que je suis seule“, la chanteuse a ressenti un sentiment parallèle de solitude. “Le corps va très bien, il existe aussi dans ma vie, il a une autre place, il est trop important pour d’autres raisons”, confie l’ancienne mannequin. “Je ne suis pas transpercée par une barre de fer, je ne suis pas handicapée, mais il y a un parallèle que je comprends“, confie Helena Noguerra, elle qui se sent un peu à l’écart.

Les Chemins de la philosophie

58 min

Helena et la littérature

Helena Noguerra parle aussi d’elle dans ce spectacle, où elle lit mais chante également. Elle y raconte sa passion pour la littérature qui lui a peut-être sauvé la vie à 15 ans, “c’était une boutade, mais c’est vrai“. Mannequin dès l’adolescence, elle était proche dans ce milieu des mains baladeuses de messieurs au bord de piscines, entourés de jeunes filles magnifiques. Piscines qu’elle ne fréquentait pas beaucoup, préférant sa chambre d’hôtel et “passer ses week-ends avec Kundera” et son insoutenable légèreté de l’être. Elle a des images, des photos, avec certains de ces hommes ; elle sur des genoux, lui ses mains sur les cuisses de l’adolescente, et elle qui, un livre à la main et plongée dans sa lecture, ni ne reçoit ni ne ressent rien de cela.

Le monde les protégeait, encore aujourd’hui ?

Les mains baladeuses dans le milieu du cinéma ? Tout d’abord, la chanteuse préfère évoquer les choses d’elle-même, non pas qu’elle regrette que sa sœur, la chanteuse et actrice Lio, ait abordé le sujet en prenant son exemple, mais apprécie peu qu’on parle à sa place. “Sur le fond, c’est réel, mais (…) je n’aime pas qu’on aille dire ce que je dis, ça empêche mon intimité de s’exprimer au bon endroit“. Pour autant, tout va bien entre Helena et Lio, elle ne lui en veut pas, et toutes deux sont au-delà de ça.

Remède à la mélancolie

45 min

Pour revenir sur le fond de l’histoire, et le #metoo du cinéma, ou dans le milieu du mannequinat, Helena Noguerra ajoute : “C’est vrai, ça existe et nous, les femmes de 50 ans et plus, nous venons d’un monde où on a louvoyé, évité les choses, tant qu’on n’était pas violé et qu’on ne nous mettait pas des zizis dans le corps, on se disait ouf, je l’ai échappé, mais c’était notre quotidien, on ne savait pas qu’on pouvait dire non. Et en effet, le monde les protégeait et protège sans doute encore ce genre d’actions.

La radio de…

54 min

Ses lectures salvatrices, le #metoo du cinéma, ou encore sa vie conjugale exposée dans la presse people, écoutez Helena Noguerra se confier et évoquer son amour pour Frida Kahlo au micro de Léa Salamé.





Source link

Leave a Comment