En Premier ministre pressé de dégager des économies budgétaires sur le système social tricolore, Gabriel Attal s’attaque à la principale allocation du régime de solidarité financé par l’État : l’Allocation spéciale de solidarité (ASS), allouée à plus de 261 000 chômeurs en fin de droits en août 2023, selon les chiffres de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees). Le nouveau locataire de Matignon a asséné en effet que la retraite devait toujours être « le fruit du travail », ce qui est loin d’être le cas puisqu’une part notable des pensions est socialisée. Puis il a martelé : « Nous proposerons la bascule de l’Allocation de solidarité spécifique au RSA et la suppression de cette allocation. » Cela sans étude d’impact publique préalable, et sans même attendre que la négociation sur l’emploi des seniors engagées entre les syndicats et les patronats porte ses fruits.