Sylvain Tesson accusé d’être une «icône réactionnaire», Rachida Dati défend sa «belle plume» – Libération


La ministre de la Culture s’est étonnée de la polémique autour du choix du parrain de l’événement, accusé par d’autres auteurs d’être «une figure de proue» de «l’extrême droite littéraire». Elle a dénoncé un «sectarisme» et défendu un écrivain que «les Français lisent beaucoup».

Ils étaient 1 200 poètes, écrivains, éditeurs, libraires à avoir, le 18 janvier, signé une tribune dans Libération pour dénoncer le choix de l’écrivain Sylvain Tesson comme parrain du Printemps des poètes 2024, qu’ils considèrent comme une «icône réactionnaire». Réagissant à cette polémique qui voit s’opposer deux camps, la ministre de la Culture a choisi le sien. «J’ai été étonnée que des poètes excluent d’autres poètes», a déclaré Rachida Dati samedi 28 janvier à la presse, interrogée en marge du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême. «C’est ce qui m’a d’ailleurs frappée. Je trouve que la culture, c’est le lieu où, normalement, il n’y a pas de sectarisme. C’est curieux, du sectarisme, chez des gens qui disent eux-mêmes qu’ils sont pour l’ouverture», a-t-elle lâché.

Signée par des auteurs tels que Nancy Huston, Baptiste Beaulieu ou Chloé Delaume, cette tribune reproche à Sylvain Tesson «une idéologie réactionnaire» et d’être une «figure de proue» de l’«extrême droite littéraire». Ce à quoi la ministre de la Culture rétorque : «Sylvain Tesson est un grand écrivain. Il a une belle plume. Les Français le lisent beaucoup. Une grande majorité des Français le lisent. Pourquoi s’en priver ?»

Un «choix que j’assume»

La polémique a entraîné la démission vendredi de la directrice artistique de l’association qui porte cette manifestation, Sophie Nauleau. «Ç’a été sa décision», a estimé la ministre. «Le choix, que j’assume pleinement, de Sylvain Tesson pour féerique parrain de «La Grâce» a déclenché une cabale effarante, consternante pour ne pas dire monstrueuse. Dans ce contexte, aucune parole n’étant audible, j’ai préféré réserver la mienne au silence», a-t-elle fait valoir.

Deux jours avant cette démission, le quotidien le Monde avait relayé des témoignages d’anciens ou actuels salariés de l’association dénonçant «un management traumatisant» de la part de la directrice de cette institution. Interrogée pour savoir si elle était au courant, Rachida Dati a répondu : «J’ai regardé. Ce n’est pas nouveau, ça ne date pas d’aujourd’hui», sans autre précision ou commentaire. Le Printemps des poètes est programmé du 9 au 25 mars.



Source link

Leave a Comment