“A Star Is Born” ce soir sur TF1 et TF1+ : tout l’univers de Lady Gaga en 5 prestations de légende


TF1 propose ce dimanche 28 janvier une soirée consacrée à Lady Gaga avec la diffusion du film “A Star is Born” et d’un documentaire sur la chanteuse américaine, à retrouver en streaming sur TF1+.
Révélée par le single “Just Dance” en 2008, Stefani Germanotta s’est imposée au fil des années comme l’une des artistes les plus influentes de sa génération.
Décryptage du phénomène Gaga avec une sélection toute subjective de cinq séquences en live.

Ses détracteurs n’ont voulu voir en elle qu’un ersatz de Madonna. Une icône pop en devenir, pas effrayée par les scandales. 

Seize ans après la sortie de son premier album The Fame, Lady Gaga n’a plus besoin de prouver qu’elle est bien plus que ça. Ses tubes inoubliables par dizaines et son imagination décomplexée ont contribué à faire d’elle une légende à part entière. Nommée 36 fois aux Grammy Awards, la chanteuse américaine en a déjà remporté 13. À seulement 37 ans.

Mais derrière l’extravagance se cachent de lourdes blessures, que narre un documentaire diffusé ce dimanche 28 janvier à 23h30 sur TF1 et en streaming sur TF1+. Ou comment la New-yorkaise Stefani Germanotta a nourri son art de ses démons pour mieux aider son public à soigner les siens. Artiste multi-facettes, c’est surtout sur scène qu’elle déploie pleinement ses ailes. La preuve en cinq prestations exceptionnelles.

Le Super Bowl : la bête de scène

Son entrée restera l’une des plus spectaculaires. Car c’est depuis le toit du NRG Stadium de Houston que Lady Gaga démarre les 13 minutes qui lui sont imparties. Invitée à assurer le spectacle à la mi-temps de la grand-messe du football américain le 5 février 2017, la chanteuse livre une performance de haut-vol accrochée à deux câbles la maintenant dans les airs. Elle enchaîne les tubes et les acrobaties sans trembler. 

Si la presse loue la performance sportive pleine de paillettes, elle regrette l’absence de messages politiques de cette activiste, en première ligne pour la défense des droits LGBTQIA+, alors que Donald Trump s’est installé à la Maison-Blanche deux semaines plus tôt.

MTV Video Music Awards 2009 : la provocatrice

Le poids des mots, le choc des photos. Au début de sa carrière, Lady Gaga fait presque sienne la devise de Paris Match. La chanteuse met sa créativité à rude épreuve pour offrir des clips toujours plus fous qu’elle cherche à prolonger sur scène. Personne n’a oublié sa robe faite de viande portée en 2010 lors MTV Video Music Awards. Mais nombreux sont ceux à avoir zappé la prestation sanglante livrée l’année précédente lors de la même cérémonie. 

Celle que ses fans surnomment la Mother Monster a sorti les crocs lors d’un medley de “Poker Face” et “Paparazzi” qui l’a vue finir le ventre, la bouche et les yeux rouges de sang. “L’une des meilleures performances” de la star selon Billboard, regrettant qu’elle ait été éclipsée par l’autre évènement de la soirée, l’irruption sur scène de Kanye West lors du discours de remerciements de la jeune Taylor Swift.

L’investiture de Joe Biden : l’artiste engagée

Elle en parle comme de “l’honneur de sa vie”. Le 20 janvier 2021, Lady Gaga est choisie par le nouveau président américain Joe Biden pour chanter lors de son investiture à Washington DC. Très émue, elle interprète l’hymne américain, le Star-Spangled Banner, à un moment-clé de l’histoire américaine. La cérémonie a lieu en pleine épidémie de Covid, deux semaines après l’assaut meurtrier du Capitole par les partisans de Donald Trump. L’instant est éminemment solennel et évidemment très politique. 

Trois mois plus tôt, la chanteuse faisait encore campagne avec le candidat démocrate. Une marque de plus d’un engagement toujours plus puissant pour l’artiste. En faveur d’une société plus inclusive et plus apaisée, elle milite notamment pour les personnes ayant été victimes, comme elles, de violences sexuelles. Avec sa mère Cynthia, elle a créé l’association “Born This Way” qui vient soutenir la santé mentale des plus jeunes.

Oscars 2023 : l’émotion pure

Elle s’est produite trois fois sur la scène des Oscars. Alors s’il ne fallait n’en retenir qu’une, ce serait la dernière. Nommée pour la statuette de la meilleure chanson, qu’elle a remportée quatre ans plus tôt pour “Shallow”, Lady Gaga a bousculé une soirée habituellement très codifiée. 

Loin de la mise en scène grandiose de son Chromatica World Tour, elle a opté pour une version acoustique et dépouillée de tout artifice de “Hold my hand”, composée pour Top Gun : Maverick. Assise sur un tabouret au milieu de ses musiciens, elle s’est même délestée du maquillage et de la robe qu’elle portait sur le tapis rouge pour un simple t-shirt et un jean troué au niveau des genoux. 

Un moment suspendu d’autant plus surprenant qu’elle n’avait confirmé sa présence que quelques heures plus tôt. Le temps de s’échapper du tournage de la suite du Joker avec Joaquin Phoenix, son troisième rôle majeur à Hollywood.

Grammy Awards 2022 : la chanteuse de jazz

Il n’y a pas que la pop dans la vie de Lady Gaga, il y a le jazz aussi. Artiste touche-à-tout, la chanteuse a même eu pendant quatre ans une double résidence à Las Vegas lors de laquelle elle alternait les deux genres. Mais c’est auprès du crooner Tony Bennett qu’elle a trouvé le plus formidable partenaire de sa carrière. Ensemble, le duo enregistre deux albums récompensés aux Grammy Awards et part même en tournée. 

Seule sur scène lors de la cérémonie en 2022, la chanteuse en profite pour rendre hommage au nonagénaire, qui s’était retiré de la vie médiatique pour lutter contre la maladie d’Alzheimer. “Prenez soin de vos aînés et je vous promets que vous apprendrez quelque chose de spécial. Peut-être même magique”, écrira-t-elle sur Instagram au décès de son ami à l’été 2023, à l’âge de 96 ans.


Delphine DE FREITAS



Source link

Leave a Comment