Aryna Sabalenka conserve sa couronne à Melbourne


Aryna Sabalenka après sa victoire sur la Chinoise Qinwen Zheng en finale de l’Open d’Australie de tennis à Melbourne, le 27 janvier 2024.

Dominatrice depuis le début de l’Open d’Australie de tennis, Aryna Sabalenka n’a pas relâché la pression au moment de conclure. Face à la Chinoise Qinwen Zheng (15e mondiale), qui disputait la première finale de sa carrière dans un tournoi du Grand Chelem, la Biélorusse, numéro 2 mondiale, a poursuivi sur sa lancée. Vainqueure en deux sets (6-3, 6-2) et 1 h 16 de jeu en finale, samedi 27 janvier, la tenante du titre a conservé sa couronne à Melbourne et prouve, par la même occasion, son changement de dimension.

Souvent trahie par ses nerfs dans les grands matchs alors qu’elle gravite depuis 2019 dans le top 10 planétaire, Sabalenka semble enfin avoir pris la mesure de son tennis. Elle a traversé la compétition comme une tornade, sans concéder la moindre manche à l’une de ses adversaires.

Seules quatre joueuses avaient réussi une telle prouesse depuis le début des années 2000 : Ashleigh Barty en 2022, Serena Williams en 2017, Maria Sharapova en 2008, et Lindsay Davenport en 2000.

Sans un regard pour le trophée à sa sortie du couloir pour pénétrer dans une Rod Laver Arena pleine à craquer avant le début de la rencontre, la Biélorusse a fait abstraction de toute émotion pour prendre rapidement les commandes de cette finale. Distribuant un jeu puissant en fond de court, combinant lourdeur et profondeur de balles, la droitière a submergé Qinwen Zheng.

« Quand vous jouez votre première finale, vous devenez émotive et précipitez les choses parfois, mais quand vous êtes en finale pour la troisième fois [en Grand Chelem], vous vous dites, “d’accord, c’est une finale, c’est bon” », avait-elle glissé avant d’affronter la Chinoise de 21 ans.

Qinwen Zheng, breakée d’entrée, a semblé complètement inhibée. Elle aura pâti d’un service irrégulier – six doubles fautes – et de ses nombreuses fautes directes. Aryna Sabalenka n’aura finalement douté que dans les dernières minutes de la partie, s’employant à cinq reprises sur des balles de match avant de conclure.

Effacer la défaite de Brisbane

Ce deuxième titre en Grand Chelem marque un tournant dans la carrière de la Biélorusse qui semble avoir balayé ses doutes, elle qui subissait de terribles passages à vide. A Melbourne, Sabalenka est restée dans sa bulle, évacuant les souvenirs de ses défaites en demi-finales des derniers Roland-Garros et Wimbeldon. De l’US Open, aussi, quand la foule avait eu raison de ses nerfs en finale face à Coco Gauff.

Sa déroute, en finale du tournoi de Brisbane (Australie), le 7 janvier, avait laissé des traces : ce jour-là, elle avait été étrillée par Elena Rybakina (6-0, 6-3). De quoi sonner la révolte. « J’ai mis un peu la pression à mon équipe [après ce rendez-vous manqué] », a-t-elle expliqué samedi.

Newsletter

« Paris 2024 »

« Le Monde » décrypte l’actualité et les enjeux des Jeux olympiques et paralympiques de 2024.

S’inscrire

« Je ne pouvais imaginer soulever ce trophée une deuxième fois, a conclut la vainqueure du jour. Souvent mon discours devient bizarre, étrange, mais je remercie mon équipe et tout le monde. » Aryna Sabalenka devient la première joueuse à conserver son titre sur le sol australien depuis sa compatriote Victoria Azarenka en 2013.



Source link

Leave a Comment