Michel-Édouard Leclerc promet de “respecter la loi Egalim”


Les agriculteurs accusent les centres Leclerc de privilégier des produits fabriqués ailleurs en Europe plutôt qu’en France afin de bénéficier de coûts plus avantageux.

Silencieux depuis le début de la mobilisation des agriculteurs en France, Michel-Édouard Leclerc (dont les super et hypermarchés sont dans le collimateur de la profession) est revenu cette semaine sur les négociations commerciales actuellement en cours.

Interrogé par Le Figaro ce mercredi 24 janvier, il estime que “chacun se débine et ramène tout au rapport entre la distribution et l’agriculture, alors que la distribution n’est pas le premier client de l’agriculture”.

“Pour répondre à certaines questions, les centres Leclerc s’engagent évidemment à respecter la loi Egalim qui est censée les protéger”, indique le dirigeant. Tout en soulignant que les “21% d’inflation qu’ont connues les consommateurs en deux ans, j’espère que ça a profité à l’agriculture”.

Savoir “où est passé l’argent”

“Mais si ce n’est pas le cas, il faut évidemment des commissions d’enquête qui viennent regarder chez les uns et chez les autres où est passé cet argent. En tout cas, pour notre part et pour les négociations cette année, je n’ai pas connaissance de contentieux avec les PME”, poursuit-il.

“Et pour les grandes entreprises nationales, elles ont compris qu’elles ont perdu beaucoup de volumes en étant trop chères. Elles nous proposent des conditions d’achat qui fait qu’on va avoir des baisses de prix, en tout cas une moindre inflation, sans attenter au revenu agricole puisque celui-ci est par la loi complètement sanctuarisé. Nous n’avons pas le droit de négocier la matière agricole”.

Les agriculteurs reprochent à Michel-Edouard Leclerc de privilégier des produits fabriqués ailleurs en Europe plutôt qu’en France afin de bénéficier de coûts plus avantageux.

Prêts à payer plus cher pour aider les agriculteurs ? - 26/01
Prêts à payer plus cher pour aider les agriculteurs ? – 26/01

Bruno Le Maire “intraitable”

Si cette stratégie permet au géant de la grande distribution d’afficher des prix en rayons compétitifs par rapport à ses concurrents, elle laisse aussi certains producteurs français sur la touche. La marge sur les produits agricoles, “c’est lui qui la prend, c’est pas les agriculteurs”, estime auprès de l’AFP Jérôme Barthès, vice-président des Jeunes Agriculteurs de l’Aude.

Sur le respect de la loi Egalim, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a multiplié les contrôles ces derniers jours.

“Ces contrôles ont fait apparaître un certain nombre d’infractions de la part des industriels en aval de la formation du prix comme de la part des distributeurs en amont de la formation du prix”, a déploré ce vendredi Bruno Le Maire.

Promettant de “veiller au respect strict et rigoureux de toutes les dispositions de la loi Egalim”, le ministre a fait savoir que ses services enverront “dès la semaine prochaine” à ceux qui ne respectent la loi “des injonctions” à s’y conformer.

“Je ne leur laisserai que quelques jours pour se conformer à la loi Egalim, faute de quoi ils seront sanctionnés à hauteur de 2% de leur chiffre d’affaires”, a-t-il mis en garde, promettant d’être “intraitable”.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business





Source link

Leave a Comment