« Je ne pensais jamais guérir » : Joyce Jonathan cash sur ses troubles du comportement alimentaire (ZAPTV)


Ce vendredi 26 janvier, Joyce Jonathan était l’une des invités de Faustine Bollaert, dans Ça commence aujourd’hui. La chanteuse a longuement évoqué les troubles du comportement alimentaire dont elle a souffert pendant de nombreuses années, et dont elle est désormais libérée.

Son rapport à son corps, Joyce Jonathan l’avait déjà brièvement évoqué au fil des années, dans différentes interviews. Mais rarement la chanteuse de 34 ans ne s’était montrée aussi transparente que dans le livre de Laurie Darmon, Corps à coeurs, dans lequel l’autrice a invité plusieurs personnalités à se confier. L’ancienne Miss France Laury Thilleman y a notamment évoqué la période très difficile où elle essayait d’avoir un enfant, tout en affrontant les rumeurs à son sujet. “Je te passe les moments où l’on m’annonçait ma propre grossesse, alors que ça faisait peut être deux ans que j’essayais d’avoir un enfant, et que ça ne marchait pas !“, a-t-elle notamment déclaré.

Pour Joyce Jonathan, le mal-être est survenu pendant sa relation avec Thomas Hollande, son ex-compagnon. “Quand je ne le vois pas, je m’affame ; quand je le vois, je me nourris à peu près normalement”, a confié celle qui affirme qu’elle menait “une double vie“. Puis de poursuivre : “Avec la perte de poids, je vois surtout le regard des autres changer, je me persuade alors que j’ai trouvé la solution, et que tout cela n’était qu’une affaire de poids“.

Joyce Jonathan libérée, elle se confie sur la plateau de Faustine Bollaert

Invitée sur le plateau de Ça commence aujourd’hui, ce vendredi 26 janvier, Joyce Jonathan est revenue sur cette période douloureuse. “Je me sens profondément libérée. J’ai comme une expiration de cette dizaine d’années qui étaient interminables. Je ne pensais jamais guérir. Je ne pensais pas qu’on pouvait guérir d’un trouble du comportement alimentaire. Je lisais des témoignages sur Internet, je cherchais des vidéos sur Youtube […] C’est important d’en parler pour dire que ce n’est pas honteux“, a-t-elle expliqué à Faustine Bollaert. Puis d’ajouter : “On a presque moins honte de parler de quelqu’un qui est drogué que quelqu’un qui est boulimique ou anorexique, alors qu’on est beaucoup plus nombreux et nombreuses qu’on ne le pense à traverser ça“.

La chanteuse compte bien mettre sa notoriété au service de son message, comme elle l’a confirmé sur le plateau. “On a la parole à la télé, en chansons. J’ai toujours chanté mes sentiments, mes expériences. C’était inévitable pour moi d’en parler parce que ce n’est plus un sujet tabou“, a-t-elle confié. Un témoignage très fort.



Source link

Leave a Comment