Amélie Mauresmo porte plainte pour harcèlement moral contre son épouse


En pleine procédure de divorce, Amélie Mauresmo s’est présentée mercredi devant la chambre correctionnelle du tribunal judiciaire de Bayonne après avoir porté plainte contre son épouse Marie-Bénédicte Hurel (60 ans) pour des faits de harcèlement moral. Lors d’une audience déroulée à huis clos, du fait de la notoriété de la plaignante, sur demande de son avocat, la directrice du tournoi de Roland-Garros a expliqué « vivre un enfer ».

Celle-ci dénonce des humiliations, du chantage et des insultes quotidiennes pas SMS de la part de sa compagne, avec laquelle elle est en couple depuis 2014 et a deux enfants, à partir du moment où elle a choisi de rompre en février 2023.

Le 27 juin, Amélie Mauresmo (44 ans) se rend alors au commissariat de Biarritz pour porter plainte après s’être vue prescrire une incapacité totale de travail (ITT) de dix jours. Marie-Bénédicte Hurel a été placée en garde à vue à Biarritz en septembre dernier.

Dix mois de prison avec sursis requis

De son côté, la prévenue conteste fermement les faits. « Dans la mesure où elles vivaient sous le même toit, les SMS ne constituent pas du tout un harcèlement. C’est de la discussion, certes vive », estime Me Thierry Sagardoytho dans des propos relatés par nos confrères de Sud Ouest.

L’avocat de Marie-Bénédicte Hurel, associé à Me Marie-Thérèse Hounieu, évoque « l’instrumentalisation d’une plainte artificielle dans la perspective du divorce » et a plaidé la relaxe pour sa cliente. Le parquet a quant à lui requis dix mois de prison avec sursis contre Marie-Bénédicte Hurel. Le verdict est attendu le 13 février 2024.



Source link

Leave a Comment