Tenue en échec par le Cap-Vert, l’Égypte qualifiée en 8es alors que le Ghana a un pied dehors


L’Égypte s’est qualifiée pour les huitièmes de finale sur le fil, mardi, après son match nul face au Cap-Vert (2-2). Les Pharaons, longtemps troisièmes de leur poule B, ont finalement pris le meilleur sur le Ghana dans la course à la deuxième place, les Black Stars n’ayant pas réussi à l’emporter face au Mozambique dans l’autre match (2-2).

Publié le : Modifié le :

6 mn

Un visuel vert et gris où il est écrit "CAN 2024 Calendrier et résultats"

L’Égypte n’avait pas le droit à l’erreur face au Cap-Vert lors de la troisième journée de poules comptant pour le groupe B de la CAN 2024… et les Pharaons ont finalement enchaîné un troisième match nul consécutif sur le fil (2-2) mais peut remercier le Mozambique d’avoir tenu en échec le Ghana sur le même score.

Au début de match, l’Égypte opte pour un 4-3-3 sans sa star Mohamed Salah, blessé. Le Cap-Vert, assuré de terminer premier de son groupe, démarre aussi en 4-3-3 et avec sept changements au coup d’envoi par rapport à sa composition habituelle. Durant les premières minutes de jeu, les Pharaons essaient de mettre du rythme notamment avec Mohamed (2e) ou Marmoush (3e). Mais les incursions égyptiennes ne parviennent pas à fragiliser la défense capverdienne.

À lire aussiCAN 2024 : Mohamed Salah va rentrer à Liverpool, selon Klopp et la fédération égyptienne

Le Cap-Vert joue, quant à lui, sans pression à l’image de cette action menée avec une certaine aisance technique mais pas suffisamment tranchante pour que cela ne se concrétise en occasion (8e). Puis c’est la première alerte devant le but capverdien : Mohamed est trouvé dans la surface adverse mais il ne parvient pas à redresser sa tête à quelques mètres du but (13e). Ashour s’essaie ensuite à une frappe aux 25 mètres, finalement bien captée par Vozinha (14e).

Le gardien capverdien se montre encore plus décisif quelques minutes plus tard, auteur d’un double arrêt sur une frappe de loin de Marmoush puis sur une frappe de près de Mohamed (20e). Les deux sélections enchaînent ensuite les possessions, sans que cela ne crée de danger dans les deux surfaces. Ashour tente bien une frappe à mi-distance mais elle termine loin au-dessus de la cage adverse (28e). Tavares est ensuite lancé en profondeur, mais sa frappe – la première du Cap-Vert dans ce match – est déviée en corner par un défenseur égyptien (33e).

La rencontre perd peu à peu en rythme, les 22 acteurs semblent accuser le coup face au climat local chaud et humide. Alors pour tenter de faire la différence, l’Égypte s’en remet à des initiatives individuelles avec des frappes d’Abdelmonem (40e) et de Sayed Zizo (41e). Mais les Pharaons ne trouvent pas le cadre. Les deux équipes se dirigent vers une mi-temps sans but… jusqu’à ce mouvement capverdien dans la surface égyptienne conclu avec succès par Tavares qui trompe El-Shenawy sur une frappe en pivot (1-0, 45e+1). La seule frappe cadrée du Cap-Vert a fait mouche durant ce premier acte.

Trézéguet réveille les Pharaons et une fin de match folle

Dès le retour des vestiaires, l’Égypte effectue plusieurs changements et fait entrer son attaquant Trézéguet, déjà à la manœuvre sur une frappe qui passe au-dessus du cadre capverdien (46e). Le même entrant s’illustre quelques minutes plus tard en étant décisif cette fois : sur un une-deux avec Hegazy il enchaîne un contrôle du pied droit et une demi-volée du pied gauche qui termine son chemin dans les filets de Vozinha (1-1, 50e). Dans la foulée, Trézéguet arme une frappe qui fuit de peu la cage du Cap-Vert (52e).

Les Pharaons poussent depuis le début du second acte et ne semblent pas vouloir partager le point du nul. Chaque offensive égyptienne est maintenant plus incisive, et les Requins bleus peinent à sortir de leurs 30 mètres. Ils parviennent tout de même à desserrer l’étreinte mais manquent de justesse dans la défense égyptienne (61e). Dans la foulée, les Pharaons se présentent rapidement dans la surface capverdienne, mais la frappe enroulée de Trézéguet – encore lui – est déviée par Vozinha (62e).

Mohamed obtient ensuite un coup franc dangereux à l’entrée de la surface capverdienne, que transforme Marmoush mais le cuir s’écrase finalement dans le mur (67e). L’heure de jeu est dépassée, et les Pharaons ne parviennent toujours pas à prendre les devants au tableau d’affichage malgré un nombre de frappes conséquent – plus de 20 à ce moment du match mais seulement quelques-unes cadrées, contre deux dont une cadrée pour le Cap-Vert.

Lors des dernières minutes de la rencontre, le Cap-Vert met plus le pied sur le ballon et met parfois la défense égyptienne en danger, à l’image de ce dribble de Semeido finalement dévié en corner (80e). Les Pharaons peinent depuis une dizaine de minutes à recréer du danger sur la cage capverdienne. L’Égypte doit encore s’en remettre à Trézéguet qui sert idéalement Mohamed dans la surface adverse, mais le plat du pied de l’attaquant égyptien fuit le cadre (84e). Une frappe d’Ashour manque de terminer dans la lucarne de Vozinha mais le gardien capverdien s’emploie pour claquer ce ballon en corner (87e).

À lire aussiRetrouvez le classement du groupe B

Les Pharaons poussent dans les dernières minutes pour récupérer la deuxième place de leur groupe… et la libération vient finalement de Mohamed, lancé en profondeur et auteur d’un lob subtil imparable sur Vozinha (2-1, 93e). Mais ce match est plein de surprises, et le Cap-Vert trouve les ressources pour égaliser au bout du temps additionnel grâce à Teixeira dans un angle fermé (2-2, 90e+9). Cela ne change pas l’essentiel pour les Pharaons : ils sont bien deuxièmes de leur poule, et en huitièmes de finale au bout du suspense.

Le Ghana rattrapé dans les arrêts de jeu

Du côté des Black Stars, la soirée s’est longtemps déroulé sans accroc. Le Ghana a rapidement ouvert le score grâce à un penalty tiré par Jordan Ayew. Chahutés une bonne partie du match, les Black Stars ont tenu bon jusqu’à ce qu’un second penalty obtenu après l’heure de jeu offrant un doublé au cadet des frères Ayew. 

Cependant, le Mozambique n’a jamais renoncé et a offert une fin de match folle. Les Mabas ont d’abord réduit le score grâce au troisième penalty de la rencontre. Puis le latéral de l’Atlético, Reinildo, a crucifié les ex-Brésiliens d’Afrique en égalisant deux minutes plus tard. Un but qui ne change pas grand-chose pour le Mozambique, mais qui prive le Ghana d’une qualification en huitièmes.



Source link

Leave a Comment