Meafou surpuissant, Russell pas inspiré… Les tops et flops


Ce dimanche, les Rouge et Noir ont battu les Anglais de Bath (31-19) et joueront un huitième de finale à domicile. Retrouvez ce qui a retenu l’attention de la rédaction.

TOPS

Meafou, quelle puissance

Le futur international français a une nouvelle fois réalisé une grande performance face à Bath ce dimanche. Le tracteur toulousain a constamment été le point d’ancrage de son équipe, monopolisant plusieurs joueurs sur chacune de ses charges. Meafou a été récompensé de son activité par un essai en début de partie (7e) après une percussion à quelques mètres de la ligne d’en-but anglaise et par le titre honorifique d’homme du match. Logique. S’il conserve ce niveau sur la scène internationale, le natif d’Auckland devrait faire de nombreux dégâts…

Le beau visage de Bath

Alors que les Harlequins en ont encaissé 47 à domicile face à ces mêmes Toulousains, qu’Exeter n’est plus l’Exeter d’il y a quelques saisons et que les Saracens ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes, Bath a montré un très joli visage ce dimanche. Dans le sillage des excellents Miles Reid ou Ollie Lawrence, les Anglais prouvent qu’ils sont de retour en forme après plusieurs saisons difficiles. Plutôt que de prendre les points, les hommes de Stuart Hooper ont préféré taper en touche pour enfoncer le clou. Sans réussite. Mais Bath, grâce à son bon parcours, rallie les 8es de finale de Champions Cup.

FLOPS

Toulouse et son long moment de flottement

En 10 minutes, les hommes d’Ugo Mola avaient inscrit deux essais et menaient déjà 12 à 0. On se disait, logiquement, que l’après-midi serait longue pour Bath. Que nenni ! Les Toulousains se sont montrés anormalement indisciplinés et maladroits. Ils ont également subi en défense face aux assauts répétés d’Obano, Reid, Ojomoh ou Lawence. Ramos et ses coéquipiers ont tout de même remis les pendules à l’heure en fin de match grâce aux deux essais tardifs de Mallia et Ramos.

Russell discret et maladroit

Lorsque Finn Russell est dans un bon jour et généralement, toute son équipe au diapason. Mais ce dimanche, ce ne fut pas le cas. L’international écossais n’était pas inspiré, à l’image d’une passe «laser» manquée (20e) ou d’une passe à rebond pour Cokanasiga quelques instants plus tard. Sa passe au pied sur l’aile à destination de Bayliss a également été manquée (21e) et sa passe trop haute (47e) a mis son équipe sous pression. Peu offensif, Russell n’a pas suffisamment pesé.



Source link

Leave a Comment