l’équipe de France voit s’entrouvrir les portes des demi-finales de l’Euro 2024


Elohim Prandi face à l’Islandais Arnar Freyr Arnarsson, à Cologne, le 20 janvier 2024.

L’équipe de France masculine de handball a préservé son invincibilité à l’Euro, samedi 20 janvier à Cologne (Allemagne), après avoir facilement battu l’Islande (39-32), à l’occasion de la deuxième journée du tour principal de la compétition. Premiers de leur poule avec six points au classement, soit deux de plus que la Hongrie et l’Autriche, et trois de plus que l’Allemagne, les Bleus se retrouvent dans une position très confortable pour accéder aux demi-finales, prévues dans une semaine.

S’ils n’ont jamais eu à craindre leurs adversaires de l’après-midi, les hommes du sélectionneur Guillaume Gille auraient pu faire beaucoup mieux, notamment en première mi-temps, où ils ont été tenus en échec sur de nombreuses actions offensives, victimes du même syndrome – un relâchement récurrent – que lors de leur dernière sortie contre la Croatie (victoire 34-32), jeudi.

Leur faculté à créer des opportunités en attaque leur a toutefois permis de faire la différence dans un match copieux en buts (71 en soixante minutes), marqué entre autres par la régularité de Ludovic Fabregas (6 buts sur 8 tentatives) et l’excellente entrée en jeu de Melvyn Richardson (6 buts).

Signe que la rencontre fut placée sous le signe de l’offensive, le pur défenseur Karl Konan s’est surpris lui-même à inscrire un but (dans la cage vide, certes) – le 6e de sa carrière sous le maillot bleu (28 sélections). Aligné comme titulaire, le gardien Samir Bellhacene – arrivé à l’Euro à la faveur de la blessure de Vincent Gérard – a, lui, surpassé son statut de doublure en réalisant un match plein, avec un taux de réussite proche de 30 % (12 sauvetages sur 41 tirs).

Effacer un souvenir cauchemardesque

Cette rencontre avait aussi pour but, côté tricolore, d’effacer le souvenir cauchemardesque de l’Euro 2022, en Hongrie, où les Français avaient été littéralement corrigés par cette même équipe d’Islande, 21-29, lors du tour principal. Une déconfiture totalement imprévisible, à laquelle plusieurs joueurs n’avaient pas participé, soit parce qu’ils étaient blessés (Luka Karabatic, Nedim Remili, Timothey N’Guessan), soit parce qu’ils avaient été déclarés positifs au Covid (Kentin Mahé, Karl Konan), tout comme huit de leurs adversaires.

Les joueurs de Guillaume Gille – lui aussi confiné ce jour-là – avaient juré que les géants insulaires de l’Atlantique Nord paieraient un jour ce camouflet. C’est chose faite, avec un écart quasi semblable au tableau d’affichage (+ 7). Ajoutée à deux précédentes défaites, cette déroute vengeresse élimine de facto l’Islande de l’Euro.

« Ce fut un match complet, l’un des plus aboutis depuis le début de la compétition, ne pouvait que se féliciter le capitaine, Luka Karabatic, au micro de BeIN Sports. Nous avons été performants dans tous les secteurs de jeu et avons été récompensés. Petit à petit, notre jeu se met en place.  » Prochain rendez-vous lundi 22 janvier contre une étonnante équipe Autriche, qui a partagé les points avec l’Allemagne (22-22) samedi soir.



Source link

Leave a Comment