un test du système d’alerte de l’Etat a simulé un tsunami sur le littoral méditerranéen vendredi


Un exercice de sécurité civile sur le risque de tsunami a été mené, vendredi 19 janvier dans la matinée, le long du littoral dans les neuf départements méditerranéens, via l’envoi d’une notification sur les téléphones portables des habitants par le système d’alerte et d’information FR-Alert.

Cet exercice s’est déroulé entre 10 heures et 10 h 30, et ce uniquement en configuration d’état-major, c’est-à-dire sur table, à l’exception d’une zone test au Grau-du-Roi (Gard) dans laquelle des étudiants de l’université d’Avignon ont été déployés afin de faire des observations, a précisé la préfecture de la zone de défense et de sécurité sud.

L’exercice a eu lieu dans les neuf départements littoraux « potentiellement exposés au risque tsunami », à savoir les Alpes-Maritimes, le Var, les Bouches-du-Rhône, le Gard, l’Hérault, l’Aude, les Pyrénées-Orientales, la Haute-Corse et la Corse-du-Sud, précise la préfecture dans son communiqué.

Signal sonore strident

Un message intitulé « Alerte extrême » et portant la mention « Exercice » a été diffusé via le système FR-Alert sur les téléphones de la population située sur le littoral de ces départements, à quelques centaines de mètres de la côte. La notification était accompagnée d’un signal sonore strident. Les personnes situées plus à l’intérieur des terres n’ont effectivement pas reçu de message, ont constaté des journalistes de l’Agence France-Presse (AFP).

« En cas d’alerte réelle, vous auriez reçu le message suivant : un tsunami atteindra les côtes dans 1 h », indique le message, qui précise ensuite les consignes de sécurité qu’il faudrait alors suivre : « Sur terre ou à quai : évacuez à pied vers l’intérieur des terres (200 m) ou en hauteur (+ 5 m). En mer : dirigez-vous vers le large. Restez attentifs aux informations diffusées par les autorités jusqu’à la fin de l’alerte. »

Un lien inclus dans le message permet, grâce à un questionnaire, de cartographier précisément la réception des notifications et offre au public la possibilité de réaliser un retour d’expérience sur sa réaction à la réception de l’alerte.

FR-Alert fonctionne même si les téléphones sont en mode hors connexion, sans installation préalable. Les notifications, qui peuvent transmettre des informations sur la nature du risque, la localisation du danger et la conduite à tenir, sont accompagnées d’un signal sonore spécifique, même si le téléphone est en mode silencieux.

Le Monde



Source link

Leave a Comment