Le youtubeur Squeezie va lever le pied après la sortie de son documentaire «Merci internet»



data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

Le youtubeur devrait ralentir ses activités mais il ne s’agit pas d’un «arrêt total de sa carrière», précise son attachée de presse.

« Squeezie fait une pause ou non?». Depuis quelques heures sur le réseau social X (ex-Twitter), les messages d’interrogations de la part des internautes se multiplient. En vérité, le youtubeur à succès Squeezie (18 millions d’abonnés) va simplement «ralentir le rythme de ses activités», explique son attachée de presse, alors que sort vendredi sur Prime la série documentaire «Merci internet». Ce dernier revient sur l’ascension du jeune homme de ses débuts dans sa chambre à seulement 17 ans jusqu’à devenir le créateur de contenus le plus suivi de France.

Devenu multimillionnaire avec la vente en 2015 à Webedia de ses parts dans la régie publicitaire Mixicom, Squeezie (ou Lucas Hauchard de son vrai nom) a lancé sa propre agence de communication d’influence Bump et diversifié son contenu. Ne serait-ce qu’en septembre dernier, il a rassemblé jusqu’à 60.000 spectateurs pour la deuxième édition du GP Explorer, une course de formule 4 où s’affrontent des vidéastes populaires.

Si «les youtubeurs sont tous des monstres de travail, Lucas est encore un cran au-dessus, au point qu’il a totalement mis sa vie perso de côté pendant dix ans», a déclaré à l’AFP le réalisateur de son documentaire et ami Théodore Bonnet, louant sa capacité à «se renouveler d’année en année». De quoi justifier la «vraie pause» qui s’opérerait selon ce dernier sur sa chaîne pour «plusieurs mois» après la sortie du documentaire. «Pour revenir en force», ajoute le réalisateur auprès de l’AFP.

Selon nos informations, le youtubeur souhaiterait en effet se mettre en retrait de sa chaîne YouTube pour prendre le temps de développer de nouveaux concepts. Il pourrait ralentir le rythme pendant deux voire trois mois.

Toutefois, son attachée de presse ne confirme pas ces informations et explique qu’il n’y a pas «de total arrêt dans la carrière de Lucas», insiste-t-elle auprès du Figaro. «Pour l’heure il n’y a rien de plus à savoir. Toutes nos forces sont mobilisées par la sortie du documentaire sur lequel ses équipes travaillent depuis dix ans».

Arrêts en série

Dans une interview accordée au magazine Society et parue ce jeudi 18 janvier, Squeezie admet avoir été souvent rattrapé par les statistiques de ses vidéos et avoir recherché une forme de reconnaissance dont il a appris avec le temps à se distancier. «YouTube nous met à dispo un outil qui s’appelle YouTube Studio. Tu sens que c’est Google derrière : tu as un milliard de datas à n’en plus finir», décrit-il. «Tu deviens addict à la reconnaissance, tu aimes que les flèches pointent vers le haut. C’est frénétique et en plus, c’est très précis. C’est la bourse quoi».

Une pression que connaissent la plupart des youtubeurs populaires de la plateforme. Ces derniers mois, plusieurs ont d’ailleurs annoncé mettre fin à leur activité sur YouTube. En décembre dernier, le duo de youtubeurs Vilebrequin déclarait ainsi mettre un terme à leur chaîne consacrée à leur passion pour l’automobile. Rappelant que cette même chaîne a occupé beaucoup de place dans leur vie jusqu’à «devenir un poids».

Plus récemment, le 14 janvier, c’est le youtubeur Théodort (2,8 millions d’abonnés sur la plateforme), qui a annoncé mettre fin à ses activités de vidéaste pour «prendre un nouveau départ». Dans la seule vidéo restante sur sa chaîne il rappelle avoir commencé, comme beaucoup de youtubeurs, à seulement 10 ans son activité sur YouTube. Son acolyte, le youtubeur Mastu (suivi par 5,8 millions de personnes), avait aussi expliqué, fin 2022, être en burn-out après l’ascension de sa chaîne.

Il faut dire que ces dernières années, les contenus les plus populaires sur la plateforme sont aussi ceux avec la plus grande qualité de production. L’activité de vidéaste s’est considérablement professionnalisée, bien loin de l’époque des simples vidéos face caméra pour faire de l’humour. Rien que cette année, le youtubeur Inoxtag (7,13 millions d’abonnés) prévoit de faire l’ascension de l’Everest et de raconter cette aventure, sur sa chaîne YouTube, dans une vidéo documentaire digne des formats disponibles à la télévision.

Une évolution parfois difficile à suivre pour les créateurs, amenés à devoir constamment se renouveler. Des éléments dont avaient également fait part le duo de youtubeurs Mcfly et Carlito en mars 2023, en annonçant prendre une pause sur leur propre chaîne. Ils ont repris leur activité au mois de septembre dernier, après 7 mois d’arrêt.


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>



Source link

Leave a Comment