Benzema critiqué, Henderson de retour en Europe… L’eldorado s’effondre-t-il déjà ?


Karim Benzema, Jordan Henderson, Fabinho (dans l’ordre).
SPP / Panoramic / Alexandre Neto / SPP / Action Plus / Panoramic / Shaun Brooks / SPP / Panoramic / Alexandre Neto / SPP

Après un été démesuré et des transferts à foison en Arabie saoudite, certains joueurs semblent déjà regretter leur décision d’avoir rejoint la Saudi Pro League.

Simples petites secousses ou vraies turbulences annonciatrices d’un retour en arrière ? Cet été de nombreux grands joueurs (Benzema, Mané, Kanté, Firmino, Mahrez…) évoluant en Europe avaient fait le choix de l’Arabie saoudite et il semblerait que six mois plus tard, les premiers volontaires commencent à regretter leur décision. Etat des lieux.

Benzema en plein chahut médiatique

À commencer par l’une des têtes d’affiche de cette Saudi Pro League, Karim Benzema dont la situation à Al-Ittihad est devenue compliquée. Actuellement Benzema a été écarté du groupe par son entraîneur Marcelo Gallardo, pour avoir «séché» l’entraînement. En réalité, le Français se trouvait en vacances en famille à l’île Maurice, où il est resté bloqué à cause d’un cyclone, l’empêchant de prendre un avion pour le Proche Orient. Engagé dans une saison compliquée, l’ex-Madrilène ne s’attendait peut-être pas à autant de pression médiatique et de critiques en mettant les pieds à Djeddah. Sportivement, il serait déçu par le niveau du championnat. Surprenant… Le club champion en titre n’est que 7e au classement, et celui qui a marqué 9 buts en 15 matchs de championnat est tourmenté par ses supporters ainsi que par les médias locaux, ce n’est pas suffisant au regard de son salaire (200 millions sur deux ans).

Le Ballon d’or 2022 est venu avec un statut important, mais quand Cristiano Ronaldo s’éclate à Al-Nassr aux côtés de Mané, Fofana, Talisca ou encore Otavio, KB9 lui doit composer avec des joueurs moins expérimentés au très haut niveau. Alors, cela expliquerait le mal-être raconté par ses proches à l’Équipe : « Karim n’a jamais été en retard une seule fois à l’entraînement en vingt ans de carrière, donc ce n’est pas anodin non plus. C’est vrai que sur certaines attitudes, ou dans son regard, j’ai l’impression d’un mal-être, comme s’il n’avait plus faim. C’est un amoureux du jeu, il a toujours pris beaucoup de plaisir sur un terrain et on dirait que ce n’est plus le cas. Mais ce sont des choses intimes qui le concernent». Des rumeurs envoient le natif de Lyon de retour en prêt en Europe, mais les Saoudiens ne voudraient peut-être pas s’avouer vaincu trop tôt.

Jordan Henderson fait du bénévolat pour les Saoudiens

Dernièrement associé à l’Ajax Amsterdam, Jordan Henderson prépare son retour sur le vieux continent, et récemment le Telegraph a fait des révélations choquantes au sujet du passage de l’Anglais à Al-Ettifaq. En plus de ne pas s’être acclimaté au pays, l’ex-capitaine de Liverpool n’aurait « pas reçu un centime du club saoudien après avoir différé son salaire pour éviter l’impôt britannique ». C’est ce que le média britannique a annoncé ce mercredi, cette demande de paiement particulière pourrait lui coûter cher puisque s’il part, il n’aura pas réglé ses problèmes salariaux. À la signature de son contrat, le natif de Sunderland devait toucher 350 000 livres par semaine, mais il n’en sera finalement peut-être rien. Et il laissera Moussa Dembélé, Georginio Winjnaldum, ainsi que son coach Steven Gerrard à la 8e place du championnat, après un séjour express à Dammam, où il aura joué gratuitement pendant 6 mois. Avec une image écornée dans son pays, Henderson, ferveur représentant de la cause LGBT, qui a rejoint l’Arabie saoudite où l’homosexualité est interdite, devrait rebondir à Amsterdam.

Certains vivent un calvaire sur le plan sportif, d’autres se font discrets, Ronaldo cartonne

De son côté, Roberto Firmino avait réalisé un départ canon, en marquant un triplé pour son premier match. Et depuis, plus rien, le Brésilien pourtant entouré de Riyad Mahrez, Allan Saint-Maximin ou Frank Kessié n’y arrive pas, et il n’a plus marqué un seul but après son hat-trick. Lui qui a perdu son père au mois de novembre traverse une période compliquée, néanmoins les dernières rumeurs l’envoyaient rejoindre Steven Gerrard à Al-Ettifaq.
Pour Jota, ce n’est pas beaucoup mieux. Le Portugais devait être le premier soutien de Karim Benzema dans l’attaque d’Al-Ittihad, mais son dernier match de Saudi Pro League remonte au 1er septembre, en raison d’un trop gros nombre d’extracommunautaires dans l’effectif des jaunes et noirs. Ecarté sur la scène nationale, l’ancien du Celtic Glasgow se contente de la Ligue des Champions asiatique, durant laquelle il a marqué une fois pour 4 apparitions en 3 mois.

Toujours chez les champions en titre, Fabinho galère et laisse le milieu de terrain vide à un N’Golo Kanté sur tous les fronts. L’impact espéré dans le jeu n’est pas au rendez-vous, et le Brésilien n’est plus celui qu’on a connu à Liverpool ou à Monaco, il a même été expulsé lors de la gifle prise par Al-Nassr (5-2).

Le mal-être général semble toucher quasiment tous les clubs, tous sauf Al-Hilal et Al-Nassr, les deux leaders Saoudien dont les joueurs sont concentrés sur le sportif cartonnent. Même si Neymar est déjà un échec à cause de sa lourde blessure au genou, Ruben Neves, Bono, Kalidou Koulibaly, Milinkovic-Savic, Mitrovic ou Malcom se sont mis au diapason d’Al-Hilal et paraissent épanouis à la première place et invaincus en championnat. Tout comme à Al-Nassr, où Cristiano Ronaldo et ses bientôt 39 ans tire le groupe vers le haut. Le projet Saoudien se montre plus exigeant qu’il en avait l’air au départ, et les prochains sont désormais prévenus, un transfert en Arabie Saoudite ne rime pas avec vacances.



data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>



Source link

Leave a Comment