Novak Djokovic bousculé mais au rendez-vous du troisième tour à l’Open d’Australie


Ce n’est pas le plus intraitable des Novak Djokovic qu’on ait connus en début de tournoi d’un Grand Chelem. Malmené par un Alexei Popyrin (43e mondial) de plus en plus culotté après un début de match timoré, le Serbe a déjà perdu deux manches dans cet Open d’Australie (après le set abandonné au 1er tour contre Dino Prizmic), soit une de plus que lors de son triomphe à Melbourne l’an dernier.

Djokovic aurait pu même en lâcher (au moins) encore une lorsqu’il a dû sauver quatre balles, dont trois de suite à 0-40, pour être mené deux sets à un par l’Australien qui menait alors 5-4. En grand danger, il n’est pas tombé dans le piège qui se dessinait, finissant plus fort après toutes ces émotions. Au terme de sa 30e victoire de rang ici (pas la plus concluante), il affrontera Tomas Martin Etcheverry, tombeur de Gaël Monfils, au troisième tour.

Popyrin a amené suspense et ambiance

Moins percutant en coup droit, moins dément dans sa couverture de terrain, le n°1 mondial s’est même parfois montré fébrile, notamment en fin de deuxième manche, alors qu’il avait profité de la tension de Popyrin, multipliant les fautes alors qu’il servait pout le gain du set. Revenu à 4-5, Djokovic avait à son tour capitulé sur certaines négligences, d’une manière assez inhabituelle pour lui, comme gêné par une baisse d’énergie malgré les deux jours de repos qu’il avait eu depuis sa qualification dimanche.


En face, Popyrin, libéré après la perte du premier set, a su se créer les chances pour amener du suspense et de l’ambiance. En capitalisant sur son féroce coup droit, en se projetant vers l’avant, en haranguant la foule, en coupant le rythme avec ses revers chopés, l’Australien a su perturber le Serbe, bien content de profiter d’une bonne qualité de service (82 % de points gagnés sur la première balle).

On en arrivait alors au moment clé du match, sur les balles de deux sets à un sauvées par le n°1 mondial. À 0-40, alors qu’il avait multiplié les bourdes, Djokovic profitait d’un ace, d’un revers vite dévissé de l’Australien et d’une volée à contretemps. Sur la quatrième, sur un fil sur des remises en défense, il voyait le coup droit de Popyrin s’envoler… Le Serbe, qui avait su serrer le jeu, ne lâchait plus grand-chose dans le tie-break qui allait suivre, toujours devant en profitant de deux grosses fautes de l’Australien, avant d’en finir sur sa première balle de set sur un rallye de 19 frappes conclu d’un coup droit croisé enfin dynamique. Pour lui, le plus dur était fait. Résigné, moins en jambes, Popyrin le savait, même s’il sauvait trois balles de match en lâchant le bras à 5-2, puis une quatrième au jeu suivant.



Source link

Leave a Comment