L’association de Kylian Mbappé décryptée dans « Envoyé Spécial »


Le numéro d’Envoyé Spécial sur Kylian Mbappé est annoncé comme un événement par France 2, qui a par conséquence décidé d’en avancer la programmation de 21h10 à 20h40 pour le coller à son JT, supprimant par conséquent Le Journal Météo Climat, l’émission Basique et la série Un si grand soleil. Le reportage s’intitule Joue-la comme Mbappé, il aurait pu s’appeler Joue-la comme Fayza Lamari. La mère de l’attaquant des Bleus et du PSG, généralement discrète face aux caméras, porte à elle seule le sujet d’une cinquantaine de minutes réalisé par Laura Aguirre de Carcer. De Yaoundé (Cameroun) aux visites dans les écoles de banlieue en passant par les bureaux parisiens des sociétés d’image et d’investissement du footballeur, elle veille au grain.

« Quand on s’intéresse à l’association IBKM (Inspired By Kylian Mbappé), on est forcément confronté à Fayza Lamari, explique la journaliste. Néanmoins, au départ, quand elle me voyait sur un tournage, elle me fuyait… Au gré du temps et de la confiance qui s’est installée, elle a réussi à se confier. Je trouvais ce personnage très intéressant. Elle avait beaucoup de choses à dire et nous permettait de comprendre en creux son fils. De toute façon, sans elle, je ne pouvais pas raconter l’association, elle y est tellement engagée ! C’est devenu aussi son portrait. »

Plusieurs millions d’euros injectés par Mbappé et ses sponsors

IBKM accompagne 98 jeunes dans des projets éducatifs, sportifs et professionnels, grâce à plusieurs millions d’euros injectés pour l’instant par le joueur et ses sponsors… en attendant que 30 % des bénéfices des sociétés de Mbappé y soient réinjectés « à moyen-long terme ». Parmi les 98 profils, une toute petite partie vient de milieux très favorisés pour jouer sur la mixité sociale, précise la mère de Mbappé. « On les appelle les enfants de riches, s’amuse-t-elle. C’est indispensable, cela tire vers le haut. C’est la clé du bien-vivre ensemble. Quand chacun est recroquevillé sur soi, on a peur. Quand on a peur, on devient intolérant. Quand on est intolérant et ainsi de suite, c’est l’escalade. »

Kylian Mbappé, lui, intervient principalement dans une interview réalisée fin décembre par Élise Lucet, la présentatrice d’Envoyé Spécial. « Elle a duré une bonne trentaine de minutes, précise Laura Aguirre de Carcer. Elle est très anglée sur l’homme derrière le footballeur, avec des questions finalement très simples, mais c’est passionnant. »

Libre de s’engager avec un nouveau club depuis deux semaines, la star du PSG est aussi interrogée sur le sujet. Mais France 2, qui tease depuis des semaines son émission, ne nous a pas donné accès au visionnage de cet entretien. Seul un extrait a été posté sur les réseaux sociaux, où Mbappé reconnaît rêver à plus de spontanéité dans son quotidien : « Aller manger tranquille à une brasserie, sortir. Aller avec des amis, faire la fête incognito, tranquille, personne ne vient vous voir. Le lendemain matin, un bon brunch au soleil sur une terrasse. Voilà, admirer les choses. Les choses simples de la vie, c’est super ! »

« Si on avait pu prendre 10 milliards, on les aurait pris, je n’ai pas de culpabilité »

Fayza Lamari, la mère de Kylian Mbappé, à propos des revenus de son fils

Outre la célébrité, la question des 100 M€ d’émoluments annuels, entre son salaire au PSG et ses revenus sponsors, n’est pas écartée par sa mère. « Si on avait pu prendre 10 milliards, on les aurait pris, je n’ai pas de culpabilité », dit-elle au sujet du dernier contrat signé avec le club parisien. Elle se montre en revanche un peu moins directe sur la question de la défiscalisation liée à l’association IBKM : « Il y a un plafond dans la défiscalisation, il me semble qu’il y a un plafond… je ne peux pas tout déduire. Mais le fait de défiscaliser, tu donnes plus, tout simplement ! »

En termes de communication et divers conseils, Kylian Mbappé est en réalité accompagné par un duo formé par sa mère et l’avocate Delphine Verheyden. Malgré la présence de celle-ci pendant le tournage, la journaliste assure avoir travaillé en toute liberté. « J’ai filmé absolument tout ce que je voulais. Si elle m’avait interrompue pour m’empêcher de poser certaines questions, je l’aurais précisé… Et bien sûr, il n’y a eu aucun visionnage des séquences de leur part », assure-t-elle. Le père, Wilfrid Mbappé, davantage centré sur le projet sportif de son fils, n’apparaît à aucun moment dans le reportage. Chacun son rôle, chacun sa place.



Source link

Leave a Comment