la fille d’Alexis Corbière et Raquel Garrido visée par une enquête – Libération


Inès Corbière, la fille du couple de députés LFI, a été filmée en novembre en train d’affirmer qu’elle est «antisémite» et qu’elle «assume». Elle aurait également publié des messages incitant à la haine sur ses réseaux sociaux.

Une enquête visant la fille d’Alexis Corbière et de Raquel Garrido, Inès Corbière, a été ouverte à la suite de signalements adressés au pôle national de lutte contre la haine en ligne (PNLH) «par des associations de lutte contre la discrimination», selon le parquet de Paris joint ce mercredi 17 janvier par Libération, confirmant une information du Parisien.

Selon le quotidien, la jeune femme de 22 ans aurait été arrêtée mardi par les enquêteurs de la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne pour «apologie du terrorisme et provocation publique et directe non suivie d’effet de commettre des atteintes volontaires à la vie». Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux le 14 novembre dernier, la jeune femme de 22 ans affirmait : «Je suis antisémite, je m’en bats les couilles, j’assume !»

Les enquêteurs se penchent notamment sur des messages publiés sur ses réseaux sociaux un mois plus tôt par Inès Corbière qui auraient un caractère antisémite et appelleraient à des actions violentes, à la suite de l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre 2023. Le compte X (anciennement Twitter) de la jeune femme a depuis été supprimé puis réactivé mais fermé au public.

D’après l’AFP, elle avait notamment écrit à propos de la marche contre l’antisémitisme organisée en novembre à Paris : «Bon qui se chauffe (pour) aller casser du sioniste là». La qualification des faits «est en cours d’appréciation», d’après le parquet. Sollicités par l’AFP, ni Raquel Garrido ni Alexis Corbière n’ont répondu. «Il n’y aura aucun commentaire sur le sujet», explique l’entourage de Alexis Corbière.

Depuis l’attaque du 7 octobre, le nombre d’actes antisémites a bondi en France. Mi-novembre, à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin avait évoqué le chiffre de 571 interpellations depuis le 1er janvier 2023. Selon Beauvau, 1 518 actes antisémites avaient été recensés entre le 7 octobre et le 14 novembre.

Mise à jour : à 16h36, ajouts du contenu d’un message publié par Inès Corbière sur Twitter.



Source link

Leave a Comment