quand cette adaptation devenue culte s’est fait massacrer par la critique


Hier à 16:00 – par
Thomas Fourcroy

Player Video

Le lundi 15 janvier à 20h55, Arte diffuse Tendre poulet. Une comédie policière à ne pas manquer, mais qui avait fait face à une critique particulièrement dure à sa sortie.

La suite sous cette publicité

Le film qui nous intéresse aujourd’hui est de ceux qui sonnent comme une photographie de leur époque. Dévoilé en 1978, Tendre Poulet, comédie policière réalisée par Philippe de Broca nous le prouve durant une heure et quarante-cinq minutes de folie. Petit bijou des seventies, il profite du talent de Michel Audiard au scénario, mais aussi d’une belle brochette de stars devant la caméra. Pêle-mêle, on croise Annie Girardot, Philippe Noiret, Catherine Alric, Hubert Deschamps, ou encore Guy Marchand. Pourtant, le tableau n’a pas convaincu certains critiques au moment de sa sortie… En cause, une adaptation qui pose question.

Tendre poulet, joyau des années 1970

Tendre Poulet aurait pu ne jamais se nommer ainsi. En effet, adapté du roman Le Commissaire Tanquerelle et le Frelon signé Jean-Paul Rouland et Claude Olivier, il a d’abord eu pour titre Le Frelon, puis La Commissaire a de jolies menottes. Finalement, c’est bien Tendre Poulet qui l’a emporté, pour l’histoire que l’on connaît. Tourné entre Paris en Honfleur, il raconte la drôle d’aventure de Lise Tanquerelle, commissaire de police, et d’Antoine Lemercier, professeur de grec et choriste à ses heures perdues. Deux anciens camarades de fac qui se recroisent et qui finissent par nouer une relation… Problème, Lise a du mal à avouer la réalité de son métier à Antoine, lui qui ne porte pas les forces de l’ordre dans son cœur. D’ailleurs, alors qu’elle assiste à l’une de ses prestations vocales, un député est retrouvé assassiné.

La suite sous cette publicité

L’esprit du roman original jeté aux oubliettes ?

S’il est aujourd’hui considéré comme culte, Tendre Poulet a reçu un accueil pour le moins partagé dans la presse. Si pour Télérama, il s’agit d’une “love story sans temps mort, nourrie de personnages secondaires savoureux, (…) filmée sur un rythme effréné”, dans les colonnes du Monde, le ton est sacrément différent. En effet, d’après Jacques Siclier, l’esprit du roman original a été “massacré” : Tendre poulet est une adaptation massacre du Frelon. On a détruit la construction très originale de l’intrigue (trois points de vue subjectifs, dont celui de l’assassin). On a modifié la vie familiale de Tanquerel pour lui faire vivre une idylle sentimentale avec un professeur de grec (Philippe Noiret), et les victimes du meurtrier au poinçon sont, ici, des parlementaires de droite et de gauche partageant les faveurs d’une femme légère. Raisons commerciales ?”

La suite sous cette publicité





Source link

Leave a Comment