la folle histoire vraie derrière le film avec Benedict Cumberbatch


Hier à 11:00 – par
Thomas Fourcroy

Player Video

Le lundi 15 janvier à 21h10, France 3 diffuse Un espion ordinaire. Un film qui revient sur l’une des petites histoires les plus dingues de la guerre froide.

La suite sous cette publicité

Dévoilé en juin 2021 dans les salles obscures, Un espion ordinaire a su convaincre. Réalisé par Dominic Cooke, il profite d’un expert du genre, Benedict Cumberbatch, mais aussi des talentueux Merab Ninidze et Rachel Brosnahan. Nous embarquant en pleine guerre froide, le film suit la rencontre particulière de deux hommes que tout oppose ou presque, Greville Wynne, jeune représentant de commerce anglais et Oleg Penkovskyn, colonel soviétique. Sur la demande des services secrets américains et britanniques, le premier va nouer un accord avec le second pour éviter un affrontement nucléaire… Une histoire passionnante et inspirée de faits réels !

Un espion ordinaire : des agents secrets dans les coulisses de l’histoire

Qui n’a jamais rêvé de jouer les agents secrets et d’avoir un rôle dans les coulisses de l’histoire ? Cela, Un espion ordinaire vous permet et quelque sorte de le vivre. Vous plongeant au coeur de ce qui a permis de désamorcer la crise des missiles de Cuba, le film vous propose de rencontrer deux personnages bien réels, Greville Wynne et Oleg Penkovski. Deux hommes présentés par Tom O’Connor, le scénariste, dans le dossier de presse du long-métrage : “Oleg Penkovsky, campé par Merab Ninidze dans le film, était une source d’informations majeure pour les Américains en URSS. L’un des livres que j’ai lus disait que le contact de Penkovsky était un civil britannique du nom de Greville Wynne (…) J’ai trouvé suffisamment d’informations pour comprendre l’essentiel. La plupart des faits demeurent classés Secret Défense, si bien que découvrir ce qui s’est vraiment passé est parfois difficile – d’autant que chaque camp a produit beaucoup de désinformation. Les gens n’avaient pas forcément envie que tout soit consigné par écrit de manière officielle.”

La suite sous cette publicité

Ces villes ne sont pas celles que vous croyez

Notons que s’il colle au réel, Un espion ordinaire s’est tout de même permis quelques libertés. En termes de scénario, certes, mais également du côté des décors. En effet, certaines villes montrées à l’écran ne sont pas forcément celles que l’on croit. Ici, Prague est devenue Moscou, quand Londres et plusieurs extérieurs made in République tchèque ont formé le QG de la CIA, qui se trouve en réalité à Langley, en Virginie.

La suite sous cette publicité





Source link

Leave a Comment