Ligue 2. Caen fait parler son pragmatisme à défaut de maîtriser son sujet


Voir mon actu

Nicolas Seube a sûrement quitté le stade d’Ornano avec un goût d’inachevé, samedi 13 janvier 2024, malgré la quatrième victoire obtenue par le SM Caen sous ses ordres (1-0). Le Stade Malherbe a livré un match longtemps insipide. « En première mi-temps, il n’y a rien, reconnaît son entraîneur. C’est le néant. Pas de rythme. On attend que ça se passe. »

La première rencontre de la phase retour de Ligue 2 a toutefois pu conforter le technicien caennais à plusieurs égards. La réception de Concarneau offrait une opposition de style entre la philosophie bretonne, ne jurant que par la possession, et le pragmatisme malherbiste du moment.

Caen a puni Concarneau

À trop vouloir jouer, Concarneau a perdu deux ballons dangereux. Le second a fini dans les pieds d’Alexandre Mendy après une récupération de Noé Lebreton et une belle inspiration du passeur Mickaël Le Bihan. L’avant-centre caennais a été, comme souvent, d’une extrême précision à la finition.

On savait cette équipe très joueuse. Ils perdent des ballons qui les tuent. À force de vouloir jouer court, des fois, on se heurte aux pertes de balle dangereuses.

Nicolas Seube

La possession pour la possession, Nicolas Seube ne veut pas en entendre parler. Elle a précipité la défaite des Concarnois, qui n’ont apporté du danger… quasiment que dans leur camp. Les Malherbistes ont sûrement pesté quand ils couraient après la balle (43 % de possession en leur faveur), mais ils n’ont essuyé aucune occasion.

Une animation offensive à la peine

Leur passage à vide de l’automne, avec onze matchs de suite sans gagner et sans clean-sheet, permet de mesurer le chemin parcouru. Mais qu’il est encore long, celui qui doit mener à des prestations abouties ! La première mi-temps face à Concarneau a été complètement apathique. Les Caennais étaient amorphes.

« À la mi-temps, j’ai secoué un peu tout le monde. Dans le football, il faut aller chercher les choses. Ça ne va pas nous tomber du ciel », clame Nicolas Seube. La deuxième période était mieux, mais l’ensemble reste bien insuffisant en termes de contenu

On se doit d’avoir plus de technicité dans notre jeu, au-delà des manques qu’on peut avoir sur la vitesse. La base technique doit être plus honorable, dans les choix, dans le jeu de passe, dans les prises de balle. Le ballon nous brûle encore les pieds.

Nicolas Seube

Sans Ali Abdi, parti à la CAN (le meilleur buteur de Concarneau n’était pas non plus présent), Caen est privé d’un atout majeur. En dehors d’Alexandre Mendy, qui a désormais trois buts d’avance sur son premier poursuivant au classement des meilleurs buteurs de Ligue 2 (treize buts), les joueurs à vocation offensive sont beaucoup trop discrets. Les Caennais n’ont pas réussi à se créer, par eux-mêmes, la moindre occasion franche contre Concarneau.

Vidéos : en ce moment sur Actu

Godson Kyeremeh ne décolle pas comme son but contre Le Havre pouvait le laisser espérer. En difficulté depuis le début de la saison, il a même raté une énorme occasion en deuxième mi-temps. Bilal Brahimi, trop brouillon, n’arrive pas à retrouver son niveau d’avant-blessure. Et Mathias Autret, qui devrait être le leader de cette ligne, pèse très peu sur le jeu malherbiste. 

Des satisfactions malgré tout

Un renfort au mercato d’hiver n’apparaît que plus important pour ajouter de la concurrence dans ce secteur de jeu en déficit. Nicolas Seube se garde bien de cibler certains joueurs, mais leur responsabilité est forcément engagée dans le constat qu’il formule.

Si on défend mieux, c’est que tout le monde travaille. On utilise mal nos lignes de jeu quand on est en possession. On devrait avoir davantage de jeu combiné dans les couloirs, on devrait davantage amener de la vitesse dans notre jeu pour faire travailler l’adversaire dans la largeur, on devrait davantage s’appuyer sur Alex (Mendy) pour fixer les défenses.

Nicolas Seube

Abstraction faite de l’aspect comptable, le tableau mérite toutefois d’être nuancé. Caen a retrouvé une assise défensive, le groupe dégage une vraie force, Brahim Traoré impressionne en défense centrale, Noé Lebreton continue de monter en puissance au milieu, Mickaël Le Bihan a réalisé une entrée décisive, Alexandre Mendy empile toujours les buts.

En sous-exploitant son potentiel, le Stade Malherbe cartonne sur le plan des résultats. Il a pris 13 points sur 15 possibles depuis l’arrivée de Nicolas Seube. Mais sur le terrain, c’est certain, « on doit être plus vif, plus rapide, plus entreprenant« . Ce sera le mot d’ordre, mardi 23 janvier 2024 (20h45), à Bastia.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias favoris en vous inscrivant à Mon Actu.





Source link

Leave a Comment