Le meurtrier de la petite Maëlys, Nordahl Lelandais, est devenu père en prison


Nordahl Lelandais a été condamné vendredi 12 janvier à un an d’emprisonnement pour l’agression sexuelle en 2017 d’une petite-cousine alors âgée de 14 ans, quelques mois avant le meurtre de Maëlys.
BENOIT PEYRUCQ / AFP

Le détenu, qui purge une peine de perpétuité pour les meurtres de la petite fille et du caporal Arthur Noyer, a multiplié les conquêtes amoureuses depuis son incarcération.

Il y a deux mois, Nordahl Lelandais est devenu papa, alors même que, depuis 2017, il se trouve derrière les barreaux, a indiqué au Figaro une source proche du dossier, confirmant une information du Parisien .

Désormais détenu à la centrale d’Ensisheim (Haut-Rhin), il aurait, depuis son incarcération, multiplié les conquêtes amoureuses. «Ces femmes, ce n’est pas Nordahl Lelandais qui vient les chercher, ce sont elles qui viennent à lui», a réagi auprès du Figaro une source bien informée.

Des lettres, des visites, puis des sentiments

Concernant la mère de l’enfant, il s’agirait d’une femme avec qui Nordahl Lelandais a entretenu «une relation épistolaire», nous souffle cette même source. «Après les lettres, il y a eu des visites. Et des sentiments sont nés», poursuit cette source, assurant qu’il ne s’agissait pas «juste d’une amourette». «C’est une femme qui a une vie», ajoute-t-on sobrement, sans préciser si celle-ci est également détenue ou non.

Du côté du conseil de Nordahl Lelandais, Me Alain Jacubowicz a souligné auprès du Figaro que «l’interdiction du droit à la paternité, au bonheur et à l’amour n’est pas inscrite dans le Code pénal, mais je comprends que cette situation puisse heurter, surtout les parties civiles».

Cet «amour» pour le moins insolite entre Nordahl Lelandais et la mère de son fils ne serait pas un cas isolé. Condamnés par la justice, les violeurs et meurtriers séduisent malgré tout certaines femmes. D’après les psychiatres et criminologues, il s’agirait de femmes atteintes d’hybristophilie, c’est-à-dire qu’elles sont attirées par un individu qui commet des crimes.

De nombreuses correspondances

Et elles seraient plus nombreuses qu’on ne le croit. En témoignent les nombreuses lettres d’amour qu’aurait reçu Nordahl Lelandais en prison. Ce dernier ne les aurait pas dédaignées : les frasques de l’ancien maître-chien en prison sont désormais un secret de polichinelle.

Ainsi au début de l’année 2020, il avait rencontré une femme, Elisabeth G., qui était par la suite devenue sa compagne. Le couple avait d’abord, en 2019, entretenu une correspondance épistolaire. Puis les visites se sont multipliées. La quinquagénaire apportait même parfois du rhum et de la cocaïne au détenu, ainsi que des téléphones, révèle-t-elle dans un entretien au Dauphiné Libéré . Celle-ci avait finalement décidé de rompre en 2021, estimant avoir été manipulée par le détenu.

En avril 2022, Nordahl Lelandais avait aussi été aperçu par des gardiens de prison en pleine relation sexuelle avec une visiteuse au parloir, un lieu considéré comme public où les relations sexuelles sont interdites. Le détenu, alors incarcéré dans la prison de Saint-Quentin-Fallavier (Isère) avait aussi entretenu une «correspondance soutenue» avec la jeune femme.

Ce vendredi 12 janvier, Nordahl Lelandais a été condamné à un an d’emprisonnement pour l’agression sexuelle en 2017 d’une petite-cousine alors âgée de 14 ans, quelques mois avant le meurtre, en août 2017, de la petite Maëlys, pour lequel il avait déjà été condamné en février 2022 par la cour d’assises de l’Isère à la réclusion criminelle à la perpétuité assortie d’une mesure de sûreté de 22 ans. Nordahl Lelandais avait aussi été condamné en mai 2021 à Chambéry à vingt ans de réclusion pour le meurtre du jeune caporal Arthur Noyer qu’il avait pris en stop à Chambéry, en avril 2017.



Source link

Leave a Comment