La Réunion placée en alerte violette cyclonique à partir de lundi, la population appelée à se confiner


A Saint-Denis, à La Réunion, dimanche 14 janvier 2024.

Sous la menace d’un cyclone tropical intense nommé Belal, La Réunion est passée en alerte rouge cyclonique dimanche 14 janvier à 20 heures (17 heures à Paris), comme annoncé plus tôt dans la journée par le préfet de l’île française située dans l’océan Indien. Le premier ministre, Gabriel Attal, s’est rendu à 19 heures au centre opérationnel de gestion de crise interministériel du ministère de l’intérieur, avec Gérald Darmanin, pour faire un point sur les opérations de prévention avant l’arrivée du cyclone, a fait savoir Matignon.

« Mes pensées vont aux habitants de La Réunion confrontés à un terrible cyclone. Merci à tous nos agents publics sur le pont pour protéger nos concitoyens », a réagi sur X le chef du gouvernement après cette réunion.

« Chacune et chacun devra se confiner dans un lieu sûr », jusqu’à « sans doute mardi matin », a déclaré lors d’une conférence de presse dimanche matin Jérôme Filippini, préfet du département de quelque 870 000 habitants, en soulignant que la situation « pourrait évoluer ». La population a été invitée par les autorités à faire des stocks d’eau et de nourriture pour tenir plusieurs jours, à préparer une trousse de secours, et à rassembler de quoi faire face à des coupures de courant ou d’eau durant la nuit de dimanche à lundi et la journée de lundi.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés La Réunion redoute d’être dévastée par le cyclone Belal

Alerte violette dès lundi matin

La préfecture a annoncé sur X dimanche soir qu’elle plaçait l’île en alerte violette, le plus haut niveau, lundi à 6h heure locale (3 heures à Paris). Ce niveau implique « un confinement strict de l’ensemble de la population, y compris des services de secours et de sécurité », annonce un communiqué de la préfecture. « Toute circulation est formellement interdite pour quelque cause que ce soit et jusqu’à nouvel ordre », précise la préfecture.

Lors d’une autre conférence de presse, M. Filippini avait prévenu dimanche soir que les « crues projetées vont être pour certaines comparables aux plus hautes connues en cent ans ». Sur BFM-TV, le préfet a ajouté ne pas « exclure » un passage en « alerte violette », ce qui signifierait « interdire aux équipes de secours, d’assistance, aux services techniques (…) de sortir parce qu’il y aurait un danger immédiat pour eux-mêmes ».

Au cours de la même conférence de presse, la directrice interrégionale de Météo-France, Céline Jauffret, a rappelé de son côté que le « niveau de menace est très important », inédit depuis trente-cinq ans, évoquant des vents dépassant les 200 kilomètres à l’heure sur le littoral et 250 kilomètres à l’heure « voire plus » dans les hauteurs de l’île, associés à des précipitations « intenses », atteignant 200 à 300 mm par heure. Mme Jauffret a confirmé par ailleurs que l’œil du cyclone pourrait passer « sur l’île ». « C’est bien toute l’île qui sera concernée », a-t-elle ajouté.

« Belal prend le chemin d’un cyclone qui pourrait marquer l’histoire de La Réunion », a déclaré Sébastien Langlade, responsable de la prévision à Météo-France La Réunion. « Des vents destructeurs et dévastateurs qui peuvent faire de gros dégâts », a-t-il alerté.

« Restez chez vous »

A 11 heures (8 heures à Paris), le système météorologique Belal se trouvait à moins de 300 kilomètres au nord-nord-ouest des côtes réunionnaises. Ce phénomène météorologique « va nous intéresser directement avec, si les prévisions se confirment, un passage de l’œil du système sur l’île ou à proximité immédiate », a précisé M. Langlade.

Newsletter

« Chaleur humaine »

Comment faire face au défi climatique ? Chaque semaine, nos meilleurs articles sur le sujet

S’inscrire

« Soyez prudents, restez chez vous. L’Etat est mobilisé à vos côtés », a déclaré dans un message posté sur X dans la soirée, le président de la République, Emmanuel Macron, à l’adresse des habitants de l’île. Le ministre de l’intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, a lui aussi appelé les Réunionnais à « ne pas sortir, ne pas circuler ». « Tous les moyens ont été mobilisés » pour leur venir en aide, a ajouté le ministre, qui a assuré que le gouvernement suit « de près » l’évolution de la situation. Sur le même réseau social, la présidente du conseil régional de La Réunion, Huguette Bello, a, elle aussi, invité « les Réunionnais à la plus grande prudence ». « Une rude épreuve se présente à nous », a-t-elle estimé.

Le premier ministre, Gabriel Attal, doit se rendre dimanche à 19 heures aux côtés de Gérald Darmanin au centre de crise du ministère de l’intérieur pour faire un point sur les opérations de prévention avant l’arrivée du cyclone, a annoncé Matignon.

La circulation fermée sur la route du Littoral

La préfecture du département a fait savoir que « la route du Littoral [est] fermée à la circulation dans le sens ouest-nord [depuis] 13 heures », tandis que « la circulation [est] également interdite aux deux-roues dans le sens nord-ouest ».

De son côté, l’aéroport de La Réunion a été fermé au trafic, a annoncé son opérateur à l’approche de Belal. « En raison des conditions météorologiques qui continuent de se dégrader, la société aéroportuaire informe les passagers que l’aéroport La Réunion Roland-Garros sera fermé ce jour à 16 heures [13 heures à Paris] et ce jusqu’à nouvel ordre », a écrit l’exploitant dans un communiqué. « Les vols pour la journée de demain [lundi] sont annulés », a ajouté l’aéroport international situé sur la commune de Sainte-Marie, dans le nord de l’île.

La Réunion n’a plus été frappée par un cyclone intense depuis dix ans et le passage de Bejisa, dans les premiers jours de 2014.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Avec le réchauffement, les ouragans plus lents et plus destructeurs

Le Monde avec AFP





Source link

Leave a Comment