Jean Onana, bonne ou mauvaise idée ?


L’Olympique de Marseille, qui vient de se qualifier pour les 16es de finale de la Coupe de France après sa courte victoire (1-0) contre les amateurs de Thionville Lusitanos, tient son premier renfort lors de ce mercato hivernal. Si les dirigeants olympiens ont finalement décidé de refermer la piste Lucien Agoumé – le jeune joueur de l’Inter Milan étant attendu du côté du Séville FC dans les prochaines heures – ces derniers devraient prochainement annoncer l’arrivée de Jean Onana (23 ans) en provenance de Besiktas. Sous contrat avec l’écurie turque jusqu’en juin 2027, le milieu de terrain camerounais (10 sélections) va, en effet, rejoindre la formation olympienne sous la forme d’un prêt avec option d’achat. Rapidement commentée sur les réseaux sociaux, cette opération menée par les hautes sphères marseillaises suscite plusieurs interrogations. De quoi se demander si l’OM réalise une belle affaire en mettant la main sur le natif de Yaoundé.

La suite après cette publicité

Un parcours irrégulier, un profil loué !

Dans cette optique et avant de peser le pour et le contre, il convient de rappeler le parcours de l’intéressé. Formé au Cameroun à la Nkufo Academy avant de rejoindre les équipes jeunes du Leixões SC, au Portugal, Onana s’est finalement engagé avec le LOSC en janvier 2020 contre un chèque de 2 millions d’euros. Dans le nord de la France, le droitier d’1m89 a connu une expérience délicate, ne disputant qu’un petit match de Ligue 1. Prêté l’été suivant au Royal Excel Mouscron, l’international camerounais s’est alors relancé, inscrivant deux buts (une passe décisive) en 28 matches de Jupiler Pro League. Non conservé par les Dogues à l’issue de son prêt, il signait par la suite aux Girondins de Bordeaux. Plutôt intéressant sous les couleurs girondines (3 buts et 2 offrandes en 26 matches toutes compétitions confondues), l’actuel numéro 71 des Aigles Noirs s’offrait alors un nouveau défi ambitieux avec le RC Lens.


À lire
CdF, OM : Gennaro Gattuso agacé malgré la qualification

Transféré pour 4 millions d’euros en septembre 2022, Onana montait progressivement en puissance sous les ordres de Franck Haise. Cantonné à un rôle de remplaçant en début de saison, il participait finalement activement à la qualification directe des Sang et Or en Ligue des Champions (4 titularisations lors des 7 dernières rencontres de l’exercice 2022-2023). Auteur de 23 matches toutes compétitions confondues avec les pensionnaires du Stade Bollaert, Onana ne restait, pourtant, pas au sein du club lensois. Cédé au Besiktas l’été dernier, l’intéressé voyait cependant son expérience en Turquie virer au cauchemar. Très peu utilisé en championnat (4 petits matches), il a tout de même pu enchaîner en Coupe d’Europe et notamment en Conférence League où il a disputé 6 rencontres. Mais il y a quelques semaines, Besiktas décidait de le mettre à l’écart ainsi que plusieurs autres joueurs de l’effectif.

La suite après cette publicité

Une aventure en Turquie provoquant le doute…

«Il est annoncé que Vincent Aboubakar, Valentin Rosier, Eric Bailly, Rachid Ghezzal et Jean Onana ont été exclus de l’équipe en raison de mauvaises performances et d’incompatibilités au sein de l’équipe», annonçait la formation turque. Depuis, le nom de l’ancien milieu bordelais avait été évoqué pour un retour en France et c’est donc à l’OM que le polyvalent milieu de terrain devrait pouvoir se relancer. Un prêt désiré par Pablo Longoria et ses équipes qui ne manque pas de faire réagir depuis plusieurs heures. Si de nombreuses compilations voient le jour sur les réseaux sociaux pour tenter de prouver la valeur du joueur, beaucoup d’observateurs doutent, quant à eux, de la plus-value d’une telle arrivée. Non retenu pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations et en grande difficulté avec Besiktas, celui qui avait d’ores et déjà manqué le Mondial 2022 au Qatar ne semble pas vraiment faire l’unanimité. Pourtant, son profil apparaît, aujourd’hui, comme une belle opportunité pour l’OM.

Orphelin de Pape Gueye, Azzedine Ounahi ou encore Amine Harit, convoqués pour la CAN, mais également de Valentin Rongier, blessé et éloigné des terrains pour plusieurs semaines, l’actuel sixième de Ligue 1 va pouvoir s’appuyer sur un joueur robuste, précieux dans les duels et très à l’aise balle au pied, notamment sous pression. Milieu défensif, capable d’évoluer un cran plus haut, Onana va également apporter sa qualité technique, ses capacités de projection et pourrait dès lors constituer un liant important dans le onze phocéen. Décisive dans les derniers mètres adverses, la prochaine recrue olympienne peut également se targuer d’une belle expérience au sein du championnat de France. Rarement blessé depuis le début de sa carrière, sa maîtrise du français reste, par ailleurs, un élément intéressant en vue d’une bonne intégration dans le vestiaire marseillais. Malgré tout, si l’arrivée d’un tel profil – utilisé et en progression au sein d’un collectif lensois plus que séduisant la saison dernière – peut susciter un optimisme certain, d’autres points ternissent quelque peu ce possible engouement.

La suite après cette publicité

Une solution supplémentaire pour Gattuso, un deal financier intéressant !

Jamais considéré comme un cadre indispensable au cours de ses différentes expériences, Onana sort surtout de six mois plus que chaotiques en Turquie. Écarté avec Vincent Aboubakar, Eric Bailly ou encore Rachid Ghezzal du côté de Besiktas en décembre, le Camerounais n’a plus joué depuis le 12 novembre dernier et une apparition express contre Basaksehir (entré en jeu pour la dernière minute du match). Dès lors, si son état d’esprit questionne, sa condition physique laisse également perplexe. Avec 10 apparitions toutes compétitions confondues et seulement 188 minutes passées sur les pelouses turques, Onana sera-t-il prêt pour affronter l’intensité de la Ligue 1 et assumer le calendrier infernal de l’OM, engagé sur trois tableaux différents ? Rien est moins sûr. Dans cette optique, difficile de le voir débuter dans la peau d’un titulaire, ce vendredi, contre le Racing Club de Strasbourg à l’occasion de la 18e journée du championnat. Par ailleurs, la question de son intégration dans le système de Gennaro Gattuso demeure également.

Lors de son arrivée sur la Canebière, Onana sera-t-il considéré comme un titulaire aux yeux du technicien italien ou un simple complément ? Difficile, pour l’heure, de répondre à cela, d’autant plus que son rôle dans l’effectif olympien dépendra également de la tactique choisie par l’ancien coach de Valence (4-3-3, 3-5-2 ?). Une chose est sûre, en cas de titularisation, Onana devrait être aligné en tant que premier relanceur, juste derrière Geoffrey Kondogbia et Jordan Veretout, souvent présent un cran plus haut ces derniers temps. En revanche, s’il est remplaçant, Gattuso pourrait privilégier un 4-3-3 avec Veretout, Kondogbia et le jeune Bilal Nadir (20 ans) dans l’entrejeu. Qu’importe, cette future arrivée répond à une priorité de l’OM : renforcer ce milieu, dépeuplé par la CAN et les pépins physiques. «Il nous faudrait une alternative à Lodi et un milieu de terrain. Il faudra voir ce que le mercato offre. Après cinq ou six matchs, quand les joueurs reviendront de la CAN, nous aurons un effectif de 28 ou 29 joueurs. Si on ne fait aucune vente, on risque d’avoir cet effectif et je n’aime pas gérer autant de joueurs», assurait, à ce titre, Gattuso en conférence de presse.

La suite après cette publicité

Avec un joueur également habitué à prendre place sur le banc et donc à jouer ce rôle de second couteau, le technicien marseillais va donc s’offrir une option supplémentaire. De bon augure pour les Phocéens qui s’apprêtent à recevoir Strasbourg (12 janvier) puis l’AS Monaco (27 janvier) avant de se déplacer sur la pelouse de l’Olympique Lyonnais (4 février). Précisons, par ailleurs, que ce deal revêt un caractère intéressant pour l’OM sur le plan financier. Dans un mercato d’ajustement où les Phocéens disposent déjà de bases solides, ce prêt avec option d’achat n’engage pas la direction marseillaise sur un avenir à long terme, en cas d’échec. Prometteur de par son profil, Jean Onana devra désormais prouver qu’il peut rapidement s’adapter à l’environnement olympien, tout en étant opérationnel au plus vite, tant sur le plan mental qu’au niveau physique. Il s’agit, peut-être, là de la principale crainte des pensionnaires de l’Orange Vélodrome…

Pub. le
MAJ le



Source link

Leave a Comment