Arthur Fils s’incline en trois manches face à Andrey Rublev en quarts de finale à Hongkong


S’il a fini par s’incliner, vendredi, en quarts de finale de l’ATP 250 d’Hongkong, face à Andrey Rublev (4-6, 6-1, 2-6), Arthur Fils a eu le temps, pendant près de deux heures d’un duel de très bonne facture, de développer quelques arguments convaincants en vue d’une saison 2024 de qualité.

Avec un ace au T à 228 km/h et un revers long de ligne pleine lucarne, le n°3 français a montré dès le premier jeu, si besoin était, qu’il n’allait pas jouer à reculons contre Andrey Rublev sous prétexte que ce dernier appartient au top 5 mondial. Le fait de l’avoir côtoyé lors de la dernière édition de la Laver Cup l’avait sans doute aidé à démythifier cet adversaire avec lequel il avait même disputé un double, jaugeant ainsi de très près ses caractéristiques : « Andrey est un cogneur exceptionnel. Quand on le regarde à la télé, ça a l’air incroyable, mais finalement, quand on est sur le terrain, qu’on prend le rythme, ça donne une perspective un peu différente. »

Pas intimidé – ce n’est pas le genre -, le Français de 19 ans a néanmoins souffert, au premier set, sur ses jeux de retour, ne sauvant qu’un point en cinq jeux de service de Rublev, alors en mode rouleau compresseur. Lui-même s’est montré trop irrégulier sur ses engagements et s’est épargné de justesse un second break à la fin d’un set perdu 6-4.

Un deuxième set de très haut niveau

C’est la faculté d’Arthur Fils à hausser le ton dans le deuxième acte qui a frappé les esprits. Notamment dans ce deuxième jeu au cours duquel il s’est mis à surpasser Rublev en puissance, tout en donnant l’impression de se laisser une marge de sécurité. Cueilli au menton, le Russe a commencé à se frustrer et à ne plus trouver de solution, au point d’être mené 5-0 et d’être vite rejoint à une manche partout (6-4, 1-6).

36e mondial cette semaine, Fils paraissait alors en mesure d’aller chercher sa première grosse perf’de l’année. Las, un mauvais jeu de service, farci de trois doubles fautes, lui a valu un break d’entrée et l’obligation de faire la course derrière (0-3). Il a manqué deux revers sur ses deux balles de debreak à 1-3 et a passé un peu trop de temps à ruminer contre les décisions d’un arbitre avec lequel il estime déjà avoir un mauvais passif.

« Arthur est super talentueux, à la fois hyper rapide et hyper puissant »

Malgré tout, Fils n’a jamais baissé les bras et il a fallu un Rublev appliqué, ne lâchant pas sa proie, pour que les affaires du Russe ne se compliquent pas davantage. Il a d’ailleurs sauvé une ultime balle de débreak, à 4-2, sur un ace décroisé, avant de terminer sur un dernier break. Et a dit tout son soulagement à l’issue de sa victoire : « J’ai essayé de rester positif en me disant que si Arthur continuait comme au deuxième set, il n’y aurait plus qu’à le féliciter. J’ai réussi à bien commencer le dernier set, j’ai bénéficié de ses deux doubles fautes de suite, pour breaker à 1-0, et ça a été le tournant, je pense. Mais il est super talentueux, à la fois hyper rapide et hyper puissant. Il est déjà très dur à affronter et il va devenir un super joueur, c’est sûr. En plus, c’est un mec sympa, alors je le lui souhaite. »

Voilà Rublev en demi-finales, où il affrontera samedi le Chinois Shang Juncheng, 183e et invité par les organisateurs.



Source link

Leave a Comment