Une femme enceinte de 7 mois de jumelles meurt d’une prééclampsie, les petites filles n’ont pas survécu


Un deuil auquel Jency ne sait pas encore comment faire face. Ce jeune homme belge de 31 ans est plongé dans le désarroi depuis que son épouse, Manon, est morte le samedi 30 décembre. Enceinte de 7 mois de jumelles, elle est décédée à l’âge de 30 ans d’une prééclampsie, a rapporté son mari auprès du quotidien belge néerlandophone Het Laatste Nieuws.

Jency et Manon venaient d’achever les faire-part de naissance en prévision de l’arrivée de leurs jumelles, Alba et Aria. Mais le samedi 30 décembre, la future maman est morte sans qu’aucun signe avant-coureur n’ait alerté son entourage. Elle a été victime d’une prééclampsie, une maladie liée à la grossesse, qui se caractérise par une élévation de la tension artérielle et la présence anormale de protéines dans les urines.

Un petit garçon de 2 ans orphelin de mère

« Je pleure ma femme et en même temps mes deux petites filles. Je ne les ai jamais vues et ne pourrai jamais les voir », a réagi auprès du quotidien Jency. Le couple était parent d’un petit garçon de 2 ans, prénommé Marlon. Celui-ci peine encore à comprendre qu’il ne reverra plus sa maman. « Il a deux ans, mais il ne s’en rend pas encore compte. Il demande des nouvelles de sa maman. Il sait qu’elle ne reviendra pas », a déploré son père.

Manon vivait dans le nord de la France lorsqu’elle a rencontré Jency, sur Internet. Elle avait alors rapidement emménagé avec lui à Heule, ville belge en banlieue de Courtrai, près de la frontière française. La jeune femme avait trouvé du travail en tant que professeur de français, sa langue maternelle. Le couple s’était marié en juin 2023, alors que Manon était déjà enceinte des jumelles. Selon Jency, cette grossesse gémellaire l’avait forcée à beaucoup de repos et d’alitement dès le quatrième mois.

Mais tous les voyants semblaient au vert pour la trentenaire. Deux jours avant sa mort, elle s’était rendue dans un hôpital en France pour un examen. Aucun signe n’avait été détecté. « On lui a fait une prise de sang et d’urine, affirme son mari. Mais ces prélèvements auraient dû montrer qu’elle souffrait de prééclampsie. Auraient-ils pu le constater à ce moment-là ? C’est une question à laquelle j’ai vraiment besoin de pouvoir répondre. »

La jeune femme retrouvée dans son lit par son mari

La veille du drame, Jency avait choisi de dormir sur le canapé, car il devait se lever tôt le lendemain et ne voulait pas réveiller sa femme, qui dormait à l’étage. Vers 9h30 le samedi matin, il s’est étonné que son fils ne se rende pas dans la chambre parentale à son réveil, car cela était son habitude. « J’ai pensé que ce n’était pas grave, cela permettait à Manon de dormir plus longtemps. Sur les images du babyphone, je l’ai vue allongée. On aurait vraiment dit qu’elle dormait », a-t-il encore expliqué à HLN.

Mais deux heures plus tard, lorsqu’il s’est décidé à aller réveiller Manon, il a immédiatement constaté qu’elle était inconsciente. Les secours rapidement dépêchés sur les lieux, ont malheureusement confirmé à Jency qu’il n’aurait rien pu faire pour sauver son épouse, même en intervenant plus tôt. Pour le moment, le jeune homme vit avec son fils chez ses parents. Il est incapable de retourner à son domicile : « Tout me fait penser à elle. Je ne me vois vraiment pas dormir dans le lit où je l’ai trouvée », a-t-il ajouté.

Manon doit être inhumée ce samedi, elle aurait eu 31 ans ce mercredi. Après son décès, il n’était pas possible d’intervenir pour sauver les deux petites filles à naître, elles n’avaient aucune chance de survie, ont assuré les médecins à Jency. Alba et Aria ont été inscrites sur le faire-part de décès. Elles sont restées dans le ventre de leur mère et seront ainsi enterrées avec elle. « Cela peut paraître un peu étrange, mais quelque part, je suis contente qu’elles soient encore avec elle. Je suis sûr qu’elle aurait voulu qu’il en soit ainsi elle-même », a conclu Jency.



Source link

Leave a Comment