ce que l’on sait de la « liste Epstein », que la justice américaine veut rendre publique


Une juge de New York a ordonné de révéler la liste de noms de personnes liées au réseau du financier américain Jeffrey Epstein, mort en 2019.
JOHANNES EISELE / AFP Une juge de New York a ordonné de révéler la liste de noms de personnes liées au réseau du financier américain Jeffrey Epstein, mort en 2019.

JOHANNES EISELE / AFP

Une juge de New York a ordonné de révéler la liste de noms de personnes liées au réseau du financier américain Jeffrey Epstein, mort en 2019.

INTERNATIONAL – Une épée de Damoclès. L’inquiétude et l’excitation grandissent conjointement ce mercredi 3 janvier, alors qu’une liste comprenant de nombreux noms de personnes liées de près ou de loin au réseau du financier américain Jeffrey Epstein, accusé de crimes sexuels avant son suicide en prison en 2019, pourrait être prochainement rendue publique. Selon ABC News et le Guardian, ce serait même une question de jours.

La raison ? Une décision d’une juge de New York de révéler début janvier les 180 noms de personnes (victimes, proches et complices présumés) liés au réseau de trafic sexuel de Jeffrey Epstein. Une liste présente dans les documents d’une procédure de diffamation entre l’ex-maîtresse et complice de Jeffrey Epstein, Ghislaine Maxwell, condamnée en 2022 à 20 ans de prison (pour trafic sexuel de mineures pour le compte de Jeffrey Epstein), et une plaignante américaine contre le couple, Virginia Giuffre.

Plus de motif valable

Jusqu’à la révélation attendue de cette liste -où l’on retrouve plusieurs célébrités- les noms étaient toujours anonymisés dans les documents judiciaires liés à cette affaire. La divulgation de cette liste peut désormais intervenir à tout moment, puisque la date limite pour s’opposer à la divulgation des noms était fixée au lundi 1er janvier.

Datée du 18 décembre, l’ordonnance de la magistrate américaine ordonnait que les identités soient « complètement » rendues publique « 14 jours » au plus tard après la date de ce document judiciaire.

Pour justifier sa décision, la juge américaine Loretta Preska avait estimé qu’aucune justification légale ne permettait de continuer à cacher ces noms, d’autant plus que certaines personnes étaient facilement identifiables dans des interviews publiées ces dernières années, sans compter ceux dont le nom a déjà cité dans la presse. Rendre publique cette liste permettrait également de desceller ou d’expurger les noms encore anonymisés, selon la juge.

Bill Clinton dans l’embarras ?

Comme le note The Guardian, la liste comprend les noms de personnes déjà connues, comme celle des associés et employés de Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell qui montaient à bord de leurs avions. Mais ce document contiendrait également les noms de victimes présumés du financier américain. Des victimes qui étaient conduites dans plusieurs logements utilisés par Jeffrey Epstein, comme un manoir new-yorkais, une villa de Palm Beach, ou une île privée dans les îles Vierges britanniques.

La liste contiendrait également les noms de personnalité de premier plan, parmi lesquelles l’ancien président américain Bill Clinton, comme l’avançait ABC News dès le 31 décembre. Le média évoque également le nom du Prince Andrew, frère du roi Charles III. Le fils d’Elizabeth II est déjà impliqué dans une affaire judiciaire liée à Jeffrey Epstein qui s’est conclue à l’amiable en 2022.

La relation entre Jeffrey Epstein et Bill Clinton étant déjà connue, cette révélation n’est pas vraiment une surprise, d’autant plus que les mentions du 42e président des États-Unis ne veulent pas forcément dire « que les documents scellés contiennent des preuves d’actes répréhensibles », comme le note ABC.

The Guardian reste également prudent sur les conséquences possibles de ces futures révélations. En effet, les fantasmes selon lequel la divulgation de cette liste conduirait automatiquement à des accusations criminelles sont « probablement exagérés » selon le média britannique.

À voir également sur Le HuffPost :



Source link

Leave a Comment