le nombre de demandeurs d’emploi va mathématiquement augmenter


Les bénéficiaires du RSA devront tous être inscrits à France Travail d’ici 2025, alors que moins de la moitié était sur les listes de Pôle emploi. Cette réforme va donc mécaniquement faire augmenter le nombre de demandeurs d’emploi.


Publié



Temps de lecture : 1 min

En ce début d'année 2024, Pôle emploi devient France Travail. (Photo d'illustration) (ROMAIN DOUCELIN / HANS LUCAS)

Désormais France Travail remplace Pôle emploi, c’est l’un des changements de 2024. Cette nouvelle instance doit progressivement regrouper Pôle emploi, les missions locales et les services départementaux notamment. Pour le moment, les décrets d’applications de ce nouvel organisme n’ont pas encore été publiés.

Les premiers effets se feront surtout sentir en 2025. Tous les bénéficiaires du RSA, un peu moins de deux millions de personnes, devront alors être inscrits à France Travail. Aujourd’hui, ils sont à peine un sur deux à être inscrits à Pôle emploi. Selon le ministère du Travail, cela fera automatiquement augmenter le nombre de demandeurs d’emploi car 800 000 personnes vont apparaître sur les listes.

Les demandeurs d’emploi et les chômeurs, deux catégories distinctes

L’exécutif distingue d’un côté les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi, qui sont un peu plus de 3 millions aujourd’hui en catégorie A sans aucune activité ; et de l’autre côté les “chômeurs”, environ 2,3 millions de personnes selon l’Insee. D’après ces chiffres, 7,4% de la population active ne travaille pas mais est pourtant disponible pour un emploi et en cherche. L’Insee exclut par exemple de son résultat les personnes qui ont des problèmes de santé ou de garde d’enfant.

Même inscrites à France Travail, ces personnes ne peuvent pas et ne pourront pas travailler. Elles ne seront donc pas prises en compte pour calculer les chiffres du chômage. En revanche, à plus long terme, si elles se mettent à chercher du travail, grâce par exemple à l’accompagnement renforcé promis par France Travail, cela fera paradoxalement augmenter le nombre de chômeurs au sens de l’Insee. L’objectif de cette réforme est tout de même de faire baisser le taux de chômage d’ici 2027. L’exécutif vise alors 5% de chômage contre 7,4% aujourd’hui.





Source link

Leave a Comment