Emmanuel Macron crée France Travail pour atteindre l’objectif de plein-emploi en 2027


Nouveau nom, nouveau logo, nouveau directeur général et nouvelles missions. Le changement est total pour Pôle emploi, officiellement devenu France Travail, le 1er janvier. Une transformation du service public de l’emploi censée permettre au gouvernement d’atteindre le plein-emploi – autour de 5 % de chômage, contre 7,4 % aujourd’hui –, l’objectif du second quinquennat d’Emmanuel Macron.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Les pistes d’Olivier Dussopt pour le plein-emploi

L’ambition de France Travail est de mieux coordonner tous les acteurs de l’emploi : les missions locales, qui accompagnent les jeunes, Cap Emploi, qui s’adresse aux personnes handicapées, ainsi que les services de l’Etat et les collectivités territoriales. Le nouvel opérateur doit ainsi tenir lieu de porte d’entrée unique pour tous les publics, et l’ensemble des demandeurs d’emploi seront désormais inscrits – d’ici à 2025 au plus tard – à France Travail. Y compris les 2 millions de bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA). Comme cela a été entériné par la loi sur le plein-emploi adoptée en novembre, ces derniers devront s’acquitter « d’au moins quinze heures » d’activité hebdomadaires pour toucher leur allocation.

Nouveau régime de sanctions

Tous les demandeurs d’emploi signeront un « contrat d’engagement » dans lequel sera défini le suivi individualisé de la personne. En cas de non-respect du contrat, la personne risquera une radiation de France Travail. Pour les bénéficiaires du RSA, un nouveau régime de sanctions a été mis en place, afin de suspendre temporairement le versement de l’allocation. La somme pourra être versée rétroactivement si la situation est régularisée, dans une limite de trois mois. Une première étape avant une possible suppression totale ou partielle de la prestation. C’est dans ce cadre que le ministre du travail, Olivier Dussopt, a annoncé, le 15 décembre 2023, dans Les Echos, le renforcement des « contrôles » de recherche d’emploi. « Je souhaite qu’on double au moins le nombre de contrôles », a-t-il expliqué, alors qu’il en existe 500 000 aujourd’hui. Le conditionnement du versement du RSA ne sera toutefois généralisé qu’à partir du 1er janvier 2025, a annoncé le ministre du travail à Franceinfo, vendredi 29 décembre.

L’accent doit également être mis sur l’accompagnement des entreprises pour les aider à dénicher leurs salariés dans les viviers de France Travail, plutôt qu’indépendamment. « Cet accompagnement est aussi important que l’accompagnement des demandeurs d’emploi, a souligné le nouveau directeur général, Thibaut Guilluy, lors de son audition devant les parlementaires en vue de sa nomination. Si les services se sont grandement améliorés à l’égard des entreprises, il est vrai que les entreprises, et notamment les plus petites, sont trop nombreuses à ne pas en bénéficier. » Une plate-forme unique doit ainsi être créée pour permettre aux employeurs de diffuser leurs offres d’emploi à tous les inscrits à France Travail, ainsi qu’à l’ensemble des acteurs du service public de l’emploi.

Il vous reste 35% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Comment