Affaire Depardieu : Pierre Richard se dit “bouleversé” d’avoir pu blesser en signant la tribune du Figaro en soutien à l’acteur


L’artiste a pris la parole sur X dimanche 31 décembre. Il explique notamment avoir signé cette tribune uniquement au nom de “la présomption d’innocence à laquelle tout citoyen à droit, y compris Gérard Depardieu”.

Pierre Richard est “bouleversé”. Dans un texte publié dimanche 31 décembre sur X, l’acteur se dit “sincèrement désolé”. Il regrette d’avoir pu blesser certaines personnes en signant, comme une cinquantaine d’autres artistes, la tribune du Figaro prenant la défense de Gérard Depardieu, mis en examen pour viols depuis 2020 et au cœur d’une polémique d’ampleur nationale depuis la diffusion de l’émission Complément d’enquête sur France 2 le 7 décembre dernier.

Pierre Richard, qui a partagé l’affiche avec le “dernier monstre sacré du cinéma français” à plusieurs dans des films à très grand succès comme “La chèvre” ou “Les compères”, tient à mettre les points sur les “i”. Il explique avoir signé cette tribune uniquement au nom de “la présomption d’innocence à laquelle tout citoyen à droit, y compris Gérard Depardieu”. Mais estime, “malheureusement”, que ce “texte ne reflète pas le soutien” qu’il “porte à toutes les victimes d’agressions sexuelles. Il ne mesure ni l’intensité de leur douleur ni le chemin de souffrance pour la faire reconnaître”.

Machine arrière

Pierre Richard reconnaît par ailleurs avoir signé sans connaître l’auteur du texte, qui appartient selon lui à une mouvance à “des années-lumière” de ses “engagements”. La tribune a été coécrite par Yannis Ezziadi, un “comédien proche de figures d’extrême droite”, selon Libération.

L’artiste n’est pas le seul à faire machine arrière après avoir signé cette tribune qui a fait couler tant d’encre. Gérard Darmon, pour ne citer que lui, a lui aussi quelque peu pris ses distances, estimant que ce texte était trop “grandiloquent” à son goût tout en soulignant qu’il avait “sainte horreur, au-delà de Depardieu, des hordes de chiens, ceux qui frappent un homme à terre, le bashing, l’acharnement”.

Le lendemain de la publication de la tribune du Figaro, titrée “N’effacez pas Gérard Depardieu”, Pierre Richard a perdu son titre d’ambassadeur des Papillons, une association de lutte contre toute forme de maltraitance faite aux enfants. “Parce que nous sommes et serons toujours du côté des victimes et parce que la tribune de soutien à Gérard Depardieu qu’il a signé est indécente, Pierre Richard n’est plus un des ambassadeurs de l’association Les Papillons”, avait écrit sur X son président, Laurent Boyer.



Source link

Leave a Comment