Le Japon frappé par un important séisme/tsunami mais sans dégâts majeurs


Publié le 1 janv. 2024 à 10:50Mis à jour le 1 janv. 2024 à 20:11

Un important séisme de magnitude 7,6 suivi d’une vingtaine de répliques a été enregistré au large du centre du Japon, lundi matin, occasionnant un tsunami contre lequel les autorités ont déclenché une alerte générale sur la côte ouest.

Dans la région concernée, la péninsule de Noto dans le département d’Ishikawa, les autorités ont demandé aux habitants « d’évacuer vers les hauteurs » le plus rapidement possible. « Courir ! » un avertissement jaune vif est apparu sur les écrans de télévision, conseillant aux habitants de certaines zones de la côte d’évacuer immédiatement leur maison.

Mais les vagues jusqu’à cinq mètres de haut contre lesquelles les autorités avaient mis en garde ne se sont pas produites, le tsunami ne dépassant finalement pas un mètre sur l’ensemble du littoral. « La menace de tsunami est désormais largement écartée », a déclaré le Centre d’alerte aux tsunamis dans le Pacifique, installé à Hawaï. La principale secousse a été ressentie jusqu’à Tokyo, située à plus de 300 km à vol d’oiseau de Noto.

Des dégâts mineurs pour l’instant

Près de 36.000 foyers ont été privés d’électricité et des aéroports et services ferroviaires ont été perturbés. La Corée du Nord, la Corée du Sud et la Russie ont également adressé des mises en garde à leur population.

Selon les médias japonais, au moins quatre personnes ont été tuées. Ce bilan est provisoire, les équipes de secours peinant à atteindre certaines zones rendues difficilement accessibles par l’accumulation de débris.

Certaines maisons traditionnelles en bois ont été détruites et des soldats ont été dépêchés pour participer aux opérations de sauvetage. Les autorités étaient encore en train d’évaluer l’étendue des dégâts, lundi en soirée. Aucune centrale nucléaire n’a subi de dégâts, ont annoncé les autorités.

D’autres séismes à craindre

Des séismes encore plus forts dans la région, où l’activité sismique couve depuis plus de trois ans, pourraient se produire dans les prochains jours, selon les spécialistes. Dans des déclarations à la presse peu après le séisme, le Premier ministre Fumio Kishida a également averti les habitants de se préparer à d’autres catastrophes. « Les habitants doivent rester en alerte face à d’éventuels tremblements de terre et j’exhorte les habitants des zones où des tsunamis sont attendus à évacuer le plus tôt possible », a déclaré Kishida.

Le Japon avait été traumatisé par un terrible séisme de magnitude 9,0 suivi d’un tsunami géant, avec des vagues d’une dizaine de mètres de hauteur, en mars 2011 sur les côtes nord-est du pays, une catastrophe qui a fait quelque 20.000 morts et disparus. Ce désastre avait aussi entraîné l’accident nucléaire de Fukushima, par submersion de la centrale, le pire de l’industrie nucléaire civile au niveau mondial depuis celui de Tchernobyl, en URSS, en 1986.



Source link

Leave a Comment